Idées économiques

Si l’aspect économique est souvent considéré comme secondaire par bien des partis politiques, les royalistes s’y sont  très tôt attelés,  démontrant par l’exemple l’absurdité des réformes républicaines qui, loin de mettre en place une véritable dynamique économique saine, posaient les premières bases d’une « chrématistique commerciale », c’est à dire une économie tournée vers la maximisation des profits d’une poignée et la  paupérisation d’une immense majorité.

Face au jacobinisme et à la tyrannie républicaines, les royalistes se fondent sur les écrits de grands économistes et sociologues reconnus pour défendre une économie naturelle, au sens aristotélicien du terme : tournée vers la sustentation de tous. Le Play, La Tour du Pin, Albert de Mun, Firmin Bacconnier, Armand de Melun : voilà quelques grands noms qui batirent cette pensée économiques des royalistes, ces  « conservateurs sociaux » chers à René de la Tour du Pin.

L’Union Royaliste Bretagne Vendée Militaire, parce qu’issue de la pensée d’Action Française, défend cette pensée économique et tend à en démontrer la pertinence par de régulières publications, articles ou tracts.

Pour la résumer en quelques termes, cette pensée économique royaliste se fonde sur deux lignes directrices :

– L’application économique du Principe de subsidiarité : chaque acteur de la filière économique se retrouve donc justement responsabilisé,  la protection des savoir-faire et la sustentation de tous étant assurées par un système d’associations professionnelles (lire à ce sujet notre publication).

– Une économie nationale : parce qu’il ne sert à rien de vouloir bâtir une économie mondialisante et florissante sur une nation mauribonde,  les royalistes ont perçu dès l’origine l’indispensable besoin d’assurer en premier lieu la sustentation de tous les français, avant même de vouloir s’ouvrir au monde. Ainsi, face aux délocalisations et « externalisations » abusives, les royalistes opposent la protection nationale et le développement des circuits économiques courts.

De ces lignes directrices découlent de nombreuses applications, que nous vous invitons à découvrir dans notre publication sur les délocalisations.

Dans le domaine économique comme dans le domaine social, la pensée royaliste d’Action Française s’est toujours tournée vers la défense de l’école corporative, en corollaire du principe de subsidiarité. Héritée des travaux de René de la Tour du Pin et de Frédéric le Play, la pensée corporative est, en opposition au libéralisme et au socialisme, « cette seule école où l’on considère l’autre non pas comme une bête, non pas comme chose, mais comme un frère ». 

Afin de véritablement pourquoi il est nécessaire de rétablir les corporations afin de défendre les métiers français, redynamiser l’économie nationale et de pouvoir avancer sereinement vers le Bien Commun, nous vous invitions préalablement à lire cette étude de l’URBVM sur le Corporatisme [Etude sur le Corporatisme] .

Au travers de cette étude, vous avez pu comprendre toute la nécessité d’un prompt rétablissement des corporations françaises, pour la France et au service du peuple. L’Union Royaliste Bretagne Vendée Militaire s’est donc toujours élevée pour défendre les associations de métiers, l’esprit fraternel et charitable au sein de l’entreprise ou de l’usine, l’autonomie des corps de métiers au service de l’économie nationale.