En marche vers le 5 Octobre !

La rentrée professionnelle étant aujourd’hui arrivée pour l’immense majorité d’entre nous, l’heure militante sonne également, en ces premiers jours du mois de Septembre. Malheureusement, l’état de la France ne s’est guère amélioré pendant ces quelques semaines de repos…« le Bon Père de famille » a définitivement quitté les lignes officielles, le déficit économique de la France continue de se creuser, la crédibilité internationale de notre gouvernement frôle le ridicule et, bien pire que tout ceci, les français restent profondément divisés, le « chacun pour soi » ayant relégué l’illusoire « fraternité » républicaine au rang de farce grotesque.

Et dans ce flot de mauvaises nouvelles qui se déverse, les revendications autour de la GPA (Gestation pour Autrui) se font sans cesse plus fortes, plus vindicatives et ce, malgré les preuves des dangers inhérents à cette pratique (notamment l’affaire de Gammy, le petit trisomique abandonné en Thaïlande). En réponse à ces appels des associations LGBT, les promesses offertes par Laurence Rossignol, les discours affligeants des Najat Vallaud-Belkacem et des Taubira, n’ont de cesse d’affaiblir la préséance du Droit Naturel sur le Droit Positif, déjà bien entamée par la légalisation du mariage pour les « couples » invertis l’année dernière…

Face à cette course vers la réification de l’enfant, vers l’application unilatérale d’un mercantilisme nihiliste à la Vie elle-même, peu de voix politiques daignent se faire entendre, même dans les partis dits « conservateurs » ! Seules dans le désert, elles ne résistent évidemment pas au rouleau compresseur idéologique républicain et laisse donc les marchands du temple vendre ventres et bébés au plus offrant.

La mobilisation s’avère ici obligatoire : royalistes ou pas, catholiques ou athées, toutes les personnes ayant conservé un minimum de bon sens doivent se retrouver dans les rues parisiennes le Dimanche 5 Octobre ! Foulons les pavés parisiens pour la défense du Droit Naturel, contre cette marchandisation de l’enfant !

5 Octobre 2014

[Entretien] Béatrice Bourges à L’Action Française : « La civilisation est en danger de mort. »

Il n’est pas exagéré de dire que nous avons assisté depuis l’hiver dernier à un sursaut historique du peuple français dans ses fondements, à savoir la famille. Comment analysez-vous ce sursaut face au mariage gay ?

 

Béatrice Bourges – Oui, je pense que l’on peut vraiment parler de sursaut historique. Depuis huit ans, je me bats sur ces sujets. J’ai d’ailleurs écrit en 2008 un livre intitulé « L’homoparentalité en question, Et l’enfant dans tout ça » (Editions du Rocher). Je peux donc constater l’évolution de la société française sur ce sujet. Jamais je n’aurais pu imaginer que cela prenne une telle ampleur et s’installe dans la durée.

Le Français ont pris conscience de la gravité de la situation. Ils se sont rendu compte de ce qui se cachait derrière cette loi. Ils ont compris qu’il s’agissait, non pas d’un sujet qui ne concernait que quelques personnes, comme on tentait de le leur faire croire, mais que notre civilisation était en danger de mort. C’est la famille qui est la pierre d’angle de la société. Lorsqu’elle est mise en danger, c’est toute la société qui s’effondre. Depuis de très nombreuses années, la famille est attaquée de façon très violente par les gouvernements successifs qui ont contribué à sa lente destruction. Ce dernier coup qui lui a été porté a été celui de trop et c’est ce qui a provoqué le réveil du peuple. 

Pourriez-vous nous faire un court historique de la Manif pour tous dont est issu le Printemps français ? L’aventure a commencé très précisément le 5 septembre 2012, lorsque nous avons, à un très petit nombre, décidé de faire une réunion fondatrice d’opposition au futur projet de loi « Mariage pour tous ». Une quarantaine de « têtes de réseaux » ont pris part à cette réunion qualifiée « d’historique », tant les participants venaient d’horizons variés. Cela a permis d’identifier les forces en présence et même pour certains de se reparler, ce qu’ils n’avaient pas fait depuis des années. Cette réunion a été le détonateur de cet immense mouvement qui s’est levé depuis. Nous hésitions à cette période sur la stratégie à tenir. Assez vite, nous avons eu les remontées du terrain et nous avons senti qu’une grande manifestation s’imposait. Cela a commencé par des manifestations régionales le 17 novembre (ce sont les Lyonnais qui en ont été les initiateurs), puis le 13 janvier a eu lieu cette immense manifestation parisienne dont le nombre a été complètement sous estimé par la Préfecture, ce qui a contribué à la mobilisation encore plus forte des Français

Source et suite de l’entretien

Le prisonnier de la Manif pour Tous Nicolas Busse libéré

Nicolas prisonnier politiqueJugé aujourd’hui en appel, le militant de la Manif pour Tous Nicolas Busse arrêté et condamné à deux mois de prison pour avoir participé à un rassemblement interdit par les autorités, devrait être libéré. Il va revenir en prison ce soir pour procéder à diverses formalités administratives, et sortira avant minuit. La cour d’appel l’a condamné à 3.000 euros d’amende dont la moitié avec sursis, donnant un jugement nettement plus doux qu’en première instance, tandis que des veilleurs debout faisaient le pied de grue dehors.
 
Nicolas Bernard Buss, qui a fêté récemment son 23e anniversaire en prison, était le seul manifestant de la Manif pour Tous et des mouvements qui en découlent à avoir été condamné à une peine de prison ; dans le mouvement, l’on a très rapidement appelé à la libération d’un « prisonnier politique ». Par ailleurs, nous informe le site d’information catholique le Rouge et le Noir, le 27 juin 2013, le Conseil de l’Europe a adopté une résolution par laquelle il épingle la France pour la répression des manifestants pacifiques contre la loi Taubira et ses conséquences. Curiseuement, cette nouvelle n’a pas été traitée par les médias français qui se sont concentrés sur la condamnation le même jour de la France par la cour européenne des droits de l’Homme pour cause d’une procèdure judiciaire bâclée.

Source de l’article

Manif pour tous : les CRS se rebiffent

Accueil François Hollande à Lorient (56)Dans un tract, le syndicat de policiers Alliance déplore l’utilisation systématique de forces de maintien de l’ordre contre des militants pacifiques.

La comédie a assez duré pour les CRS qui, par l’intermédiaire du syndicat Alliance, a publié mardi un tract dénonçant leur mobilisation disproportionnée pour contenir d’éventuels désordres causés par le mouvement «veilleurs debout!». En continuant leur «action» bien après le débat sur le mariage homosexuel, ces militants pacifiques de la Manif pour tous font encore l’objet d’une surveillance étroite des forces de police. «Malgré la diminution significative des effectifs», se plaint le syndicat Alliance police nationale, les hommes des compagnies républicaines de sécurité (CRS) sont appelés en nombre un peu partout en France pour canaliser une poignée d’individus.

«Une compagnie mobilisée pour six présumés «veilleurs debout!» qui auraient pu troubler la quiétude de la République…», ironise le tract policier en faisant référence à un déploiement de la CRS 10 du Mans à Paris. La compagnie avait été appelée le 28 juin à surveiller les «veilleurs» autour du Palais de l’Élysée. «Un déplacement très “productif” dans la capitale», grimacent les policiers. «Consignes approximatives, ordres, contre-ordres et panique des autorités ont “nourri” les 6 heures de vacation de la CRS 10», critiquent encore les CRS qui n’hésitent pas à juger leur mission «ridicule».

«L’histoire aurait pu s’arrêter là mais, à la fin de la vacation, alors que la compagnie est libérée, deux méchants veilleurs debout sont repérés in extremis à quelques pas de l’Élysée, poursuit, caustique, le tract d’Alliance. La CRS 10 a ordre de faire demi-tour de toute urgence avec pour consigne: faire peur aux deux méchants trublions… jamais retrouvés d’ailleurs!». Le convoi de CRS «n’a fait qu’un aller-retour» sur ledit secteur «tous gyrophares allumés», avant de repartir pour Le Mans. «Grâce aux CRS, la République a été épargnée, ironise encore les policiers. Visiblement les autorités parisiennes ne savent plus quoi inventer pour obtenir toujours plus de CRS dans la capitale, et ce quel qu’en soit le prix.»

Sur la page Facebook du syndicat, le tract collectionne les «like», passant de 45 à 250 en quelques heures. Avec cette activité sur les réseaux sociaux et la jubilation du collectif de la Manif pour tous, le secrétaire général du syndicat Alliance, Jean-Claude Delage, précise qu’«il n’y a aucun message politique derrière ce tract». Le sens de celui-ci est de dire qu’«on ne doit pas employer des forces de sécurité comme les CRS à des tâches inutiles, explique-t-il. S’il est normal d’être déployé sur des manifestations pour des raisons évidentes d’ordre public, là ce n’est pas du tout le cas. Il ne s’agit ni de terroristes, ni de trafiquants de drogue ; ni de casseurs. Il est malheureux pour la sécurité du pays de mobiliser des forces là où ne sont pas les besoins.»

Source et suite de l’article

Le Grand Ouest ne lâche rien !

Que ce soit à Laval ou à Angers :

Laval :

 

 

Angers :

Ils étaient 250 anti-mariage gay à s’être réunis devant la mairie d’Angers, lundi en fin d’après midi, à l’heure du conseil municipal.

Leurs objectifs : contester une nouvelle fois l’adoption de la loi sur le mariage pour tous, et demander la libération de Nicolas. L’Angevin de 23 ans, a été arrêté mercredi dernier à Paris, en marge d’une manifestation contre le mariage pour tous, et condamné à deux mois de prison ferme, pour « rébellion ».

Partis de la place Leclerc à 18 h, les manifestants ont ensuite rallié le parvis de l’hôtel de ville, de l’autre côté du boulevard Bessonneau. Ils se sont dispersés vers 20 h 15.

Source

Manif pour Tous à Angers

Plus de 300 manifestants de la Manif pour tous devant la Préfecture de Nantes

Entre 300 et 400 opposants au Mariage pour tous se sont réunis ce vendredi soir vers 20 h devant la Préfecture de Nantes en soutien à Nicolas, ce jeune homme de 23 ans interpellé à Paris lors d’une manifestation le 16 juin dernier et condamné à deux mois de prison ferme. Les manifestants dénoncent « l’injustice de la répression policière et la brutalité de cette condamnation».

Source

On ne lâchera rien : n’hésitez pas à nous rejoindre et à vous mobiliser contre ce gouvernement inique et ses réformes dangereuses !

 

Le maire de Mésanger (44) ne lâche rien !

200 personnes sont venues afficher samedi dernier, leur soutien à M. Jean-Yves Clouet, maire de Mésanger (Loire-Atlantique), qui avec d’autres, refuse de se soumettre au diktat de la loi Taubira.

Par ce « café pour tous », nous avons face à 50 tristes opposants au maire, montré aux élus locaux que le peuple restait mobilisé pour continuer la lutte.

Les « On ne lâche rien ! », « Liberté de conscience ! » ponctuèrent les discours des organisateurs et du maire. Et quand les collabos d’en face criaient « démission ! », nous répondions « Hollande ! », ce qui au final faisait un très joli « Hollande démission ! » dans le frais matin du pays d’Ancenis.

  • 1er constat : le gauchiste est stupide.

1 ou 2 crétins tentèrent bien de fendre la foule pour chercher l’affrontement, mais le service d’ordre dont faisait partie votre serviteur, empêchera courtoisement mais fermement, à ces soixante-huitards sur le retour de pénétrer notre espace. Les gendarmes locaux n’eurent même pas à décroiser les bras. Pas même un anti-fa ou un anar à se mettre sous la dent.

  • 2ème constat : le gauchiste est mou ! 

Source et suite de l’article sur le site de notre ami Soudarded

Le maire de Mésanger (44) ne lâche rien !