Plus de 300 manifestants de la Manif pour tous devant la Préfecture de Nantes

Entre 300 et 400 opposants au Mariage pour tous se sont réunis ce vendredi soir vers 20 h devant la Préfecture de Nantes en soutien à Nicolas, ce jeune homme de 23 ans interpellé à Paris lors d’une manifestation le 16 juin dernier et condamné à deux mois de prison ferme. Les manifestants dénoncent « l’injustice de la répression policière et la brutalité de cette condamnation».

Source

On ne lâchera rien : n’hésitez pas à nous rejoindre et à vous mobiliser contre ce gouvernement inique et ses réformes dangereuses !

 

Quand l’actualité tunisienne s’invite à Nantes

 

Quand l’actualité tunisienne s’invite à Nantes
crédit photo : J.L. Raden, NOVOpress Breizh cc

Les rues du centre ville de Nantes ont été sérieusement perturbées samedi après-midi par une manifestation de Tunisiens qui protestaient contre l’assassinat du leader de gauche Chokri Belaïd, survenu à Tunis le 6 février dernier.

C’est aux cris de « Chokri martyr » et « Ghannouchi assassin » que plusieurs dizaines de personnes ont occupé à partir de 16 heures la place Royale au cœur de la ville. Les manifestants répondaient à l’appel des Tunisiens de Redeyef, une ville industrielle du sud-ouest de la Tunisie célèbre pour ses mouvements sociaux. Ce rassemblement faisait suite à l’assassinat, le 6 février dernier, de l’avocat Chokri Belaïd. Le frère de ce dernier avait aussitôt accusé le parti islamiste au pouvoir Ennahda, dont le leader est Rached Ghannouchi, d’avoir fomenté cet assassinat.

Forte d’officiellement 625 864 personnes, la  communauté tunisienne de France est installée pour l’essentiel dans les grandes villes de la métropole. Les deux tiers des Tunisiens installés en France disposent de la double nationalité. Lors des dernières élections, cette communauté a voté en grande majorité pour le parti islamiste. Avec près de 34% au nord de l’hexagone et plus de 30% dans le sud, Ennahda avait en effet obtenu 4 des dix sièges qui leur étaient réservés au sein de l’Assemblée constituante.

Source de l’article : Novopress Breizh

Mobilisation en pétitions contre le mariage pour tous à Nantes

Alors que l’Assemblée Nationale a adopté en première lecture le projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe – par 329 voix contre 229 (et 10 abstentions) – la mobilisation reste intacte, notamment dans la capitale Bretonne, où 80 personnes ont bravé les éléments ce samedi pour faire signer des pétitions pour saisir le CESE (Conseil économique, social et environnemental) au sujet du projet de loi. Le « marathon inouï » des 500.000 signatures, objectif que s’étaient fixés les organisateurs de la coordination contre le projet de loi, a été remporté : 3.5 Tonnes de pétitions ont été collectées, soit 636.000 signatures, d’après les organisateurs, et d’autres affluent encore, particulièrement dans l’ensemble de la Bretagne, de l’Anjou, du Maine et du Bas-Poitou. L’objectif de 1 million de signatures d’ici la fin du mois de février a été lancé. Sur la seule ville de Nantes, 1100 pétitions ont été signées le samedi 9 février et 3151 collectées sur tout le week-end. La mobilisation Bretonne reste intacte.

Liberté ? Point. Egalité ? Point.

doue-ha-mem-broUne  manifestation d’opposants au projet de loi prévue le 12 février devant l’Assemblée Nationale a été interdite la veille au soir (le 11 à 21h 30) par la Préfecture de police de Paris. Raison officielle : un préavis de manifester au même endroit déposé – à la dernière minute – par le collectif favorable au projet de loi « Gouines comme un camion ». Cela est bel est bon, mais le préavis de manifester de ce collectif était prévu à plusieurs dizaines de mètres de la manifestation contre le projet de loi et une heure et demie après. La raison officieuse serait plutôt la volonté du pouvoir d’éviter les conséquences incontrôlables d’un chahut devant l’Assemblée Nationale. Pendant ce temps, au pays de la Liberté (de bien-penser seulement) des folles ukrainiennes et russes – autrement appelées Femen – sont venues perpétrer dans la Cathédrale de Paris un désordre pour lequel elles ne risquent (quasiment) rien, et sûrement pas trois ans de colonie pénitentiaire de travail. Liberté, dites-vous ? Selon que vous serez pour ou contre le mariage pour tous, les jugements des  bien-penseurs  vous rendront blanc ou noir.

Lire la suite de l’article sur Breizh Journal

La Folle Journée 2013 à Nantes

La Folle Journée a choisi pour sa 19ème édition de retracer un vaste panorama de la musique française et espagnole de 1850 jusqu’à nos jours, soit de Georges Bizet à Pierre Boulez, avec un accent mis sur ce qui constitue véritablement l’âge d’or de la musique française : des années 1870 aux années 1940.

Tandis que s’éteignent les derniers feux du romantisme avec Alkan (dont on célèbre cette année le bicentenaire), et à l’heure où Bizet révolutionne l’opéra français avec Carmen, Camille Saint-Saëns, César Franck puis Vincent d’Indy, fondateur de la Schola cantorum, et dans leur sillage Chabrier, Fauré, Duparc, Chausson, Gabriel Pierné, Charles Koechlin et Albert Roussel sont à l’origine d’un véritable renouveau de la musique française, tant dans le domaine de l’écriture orchestrale que dans celui de l’art vocal avec la mélodie. Pensée en couleurs et en dissonances douces, épurant les lignes mélodiques et assouplissant les formes, cette musique toute de subtilité et de raffinement ouvre la voie aux deux compositeurs les plus novateurs au tournant du siècle : Claude Debussy et Maurice Ravel, qui renouvellent en profondeur le langage musical et préparent les grandes conquêtes à venir. Le “temps” de Debussy et Ravel – également celui de Reynaldo Hahn ou de Paul Dukas… -, c’est aussi une époque étonnamment fertile qui voit se côtoyer à Paris, la “ville-Lumière”, les figures les plus marquantes du monde artistique : peintres, poètes, musiciens au premier rang desquels les compositeurs espagnols Albéniz, Manuel De Falla et Granados, venus étudier dans la capitale et qui exercent à leur tour une influence profonde sur les musiciens français ; c’est aussi tout ce climat d’effervescence et d’émulation artistique dont la Folle Journée 2013 se fera l’écho. Mais bientôt ce sont les Années Folles et l’apparition du jazz, importé d’outre-Atlantique, qui bouleversent le paysage musical français ; Erik Satie et les musiciens du fameux “Groupe des six” auquel appartiennent Darius Milhaud et Francis Poulenc se plaisent, sous la houlette de Jean Cocteau, à exalter la veine populaire et pittoresque de la musique française. Puis c’est l’éphémère groupe “Jeune France”, fondé par quatre musiciens partageant la même vision humaniste de l’art et auquel appartient Olivier Messiaen, qui témoigne à la fin des années 1930 de la vitalité de la création musicale française ; auteur du célèbre Quatuor pour la fin du temps, écrit en captivité, Messiaen devenu professeur au Conservatoire de Paris influencera durablement toute une génération de compositeurs, parmi lesquels Pierre Boulez – ce dernier s’inscrivant bien sûr, après Henri Dutilleux et Maurice Ohana, dans cette lignée de compositeurs qui ont forgé, tout au long du XXe siècle, l’identité musicale de la France et dont les oeuvres seront à l’honneur durant cette édition.

La Folle Journée de Nantes du 30 janvier au 3 février 2013 – La Cité, le centre des congrès de Nantes

Ouverture de la billetterie :

le samedi 5 janvier aux guichets de la Cité et le 6 janvier sur Internet

Télécharger le Programme ICI

Le programme de la Folle Journée 2013 est aussi disponible en audiodescription

Hommage nantais et royaliste à Louis XVI et aux victimes des Guerres de l’Ouest

Ce dimanche 20 Janvier 2013, bravant le froid et la neige (vendéenne), plus d’une centaine de nantais se retrouvèrent pour rendre hommage au défunt Roi Louis XVI ainsi qu’aux centaines de milliers de victimes des Guerres de l’Ouest. 220 ans après l’exécution du Roi, les royalistes nantais se sont donc ainsi rassemblés pour honorer la mémoire de celui qui dût, le premier, subir la folie sanguinaire et destructrice des révolutionnaires.

Suite au dépôt de gerbe et aux discours du président de l’URBVM (que vous pouvez lire ici), du Renouveau Français et du Centre Royaliste d’Action Française, plus d’une vingtaine de personnes se sont retrouvés pour partager un déjeuner convivial et entonner avec joie la Royale. Voici donc quelques photos de cet hommage (l’album sera complété au fur et à mesure) :

[nggallery id=4]

Dimanche 20 Janvier 2013 à Nantes : 220°Anniversaire de la mort de Louis XVI

Comme chaque année, l’Union Royaliste Bretagne Vendée Militaire organise une journée d’hommage au Roi Louis XVI et aux victimes des Guerres de l’Ouest. Cette année est toute particulière : 220°anniversaire de l’exécution du Roi, les royalistes doivent encore davantage témoigner leur attachement au défunt roi, et faire connaître la réalité historique sur l’oeuvre du Roi.

Voici donc le programme de la journée, où vous êtes tous cordialement invités :

  • 12 H 30 Dépôt de Gerbe devant la colonne Louis XVI (Place Foch)
  • 13 H 15 Repas à la Taverne du Château : 23 Allée Commandant Charcot, 44000 Nantes  PAF : 23 euros. Inscription obligatoire soit par mail : urbvm@hotmail.fr ; soit par courrier en téléchargeant le formulaire d’inscription.
  • 15 H Conférence de Gérard Bedel : Louis XVI ou la tragédie de la Vertu. (PAF pour ceux qui ne déjeune pas sur place 2 euros).

N’hésitez pas à rejoindre la page facebook de l’évènement, partager l’information autour de vous et inviter vos amis ou collègues à participer à cet important hommage. Ensemble, rendons hommage au défunt Roi en témoignant massivement notre attachement à sa mémoire !

Commémoration URBVM 20 Janvier 2013