L’identité Bretonne de Nantes s’invite aux prochaines élections

Dans la perspective des prochaines élections municipales, Mme le maire de Nantes drague sans vergogne la Bretagne historique et étonnamment cela semble encore fonctionner. Mme Johanna Rolland a ainsi reçu la caution inespérée de l’UDB, ainsi que le renfort du sénateur vert, Ronan Dantec.

Mme le maire de Naoned assure qu’elle est prête à l’organisation d’un débat sur la réunification, d’après des propos précédents, et serait aussi prête à accepter l’éventuelle création d’une Bretagne à 6, voire 7 départements (sic), incluant en plus des cinq départements bretons historiques, les départements de la Mayenne et pourquoi pas de Vendée. Cette proposition de nouvelle région « Bretagne », intégrant deux départements non bretons, ne pourra que dissoudre l’identité bretonne dans un ensemble artificiel, au même titre que la funeste région des Pays de Loire. Mme Rolland se rêve-t-elle duchesse de Bretagne, régnant de Brest à Fontenay le Comte ?

Il faudrait déjà que Mme le Maire se souvienne de sa promesse écrite il y a 6 ans, « de mettre le drapeau breton au fronton de l’hôtel de ville et sur les principaux bâtiments municipaux de la ville de Nantes ». Une solution existe pourtant, solution qui puise dans notre histoire, dans nos provinces historiques et non dans cette création jacobine et artificielle que sont les départements.

L’Action française Nantes dit « Oui » au retour d’un parlement Breton, mais « Non » au centralisme républicain. Nous voulons que la politique régionale soit le fait d’élus enracinés et qu’elle se fasse en dehors des partis politiques parisiens et de leurs manigances ! L’Action française Nantes alerte donc les bretons amoureux de leur belle province, sur la supercherie que représentent les pseudos signaux identitaires pré-électoraux de Mme Rolland. Tout cela sera vite oublié le soir du 22 mars 2020.

Nos provinces sont des constructions culturelles et historiques. Qu’on les restaure enfin, mais dans le cadre d’un état respectueux des libertés locales, la monarchie traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et donc décentralisée.

Vive nos provinces ! Vive le roi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.