À Pédernec, une pétition pour défendre la statue de Saint-Hervé située près de la chapelle du Ménez-Bré

Pour consolider la vocation de la chapelle du Ménez-Bré, à Pédernec (Côtes-d’Armor), les Amis du Patrimoine ont financé une statue de Saint-Hervé. Mais l’architecte des Bâtiments de France ne veut pas la voir.

La chapelle du Ménez-Bré, érigée dans la seconde moitié du VIe siècle, est consacrée à Saint-Hervé, exorciste, patron des bardes et des musiciens bretons, mais aussi aveugle de naissance. Pour donner une plus grande lisibilité à l’histoire du lieu, à Pédernec, l’association Les Amis du patrimoine a financé une statue de 3 m de haut, représentant le saint accompagné de son loup et de son guide.

En octobre 2012, Le président de l’association, Yvon Garrec, a informé l’architecte des Bâtiments de France, de l’implantation de la statue à 8 m de la chapelle, sur le côté est de la chapelle. Ce dernier s’est alors déclaré « a priori, pas favorable à ce projet dont l’impact sur la chapelle et son remarquable site d’implantation sera loin d’être négligeable ».

Il fallut attendre 2015 pour que les Bâtiments de France répondent à une contre-proposition, datant de décembre 2013, de décaler l’implantation à 140 m à l’est de la chapelle. L’architecte demande un plan précis et des photos. Yvon Garrec, le président de l’association ne répond pas. Le bloc de granit de 8 tonnes est livré le 28 avril 2018. En juin 2019, la statue sculptée par Jacques Dumas, auteur de statues de la Vallée des Saints, est érigée sur place, c’est-à-dire à 120 m à l’est de la chapelle.

Aujourd’hui, l’architecte des Bâtiments de France demande son déplacement, afin qu’elle ne soit pas visible depuis la chapelle. Il précise par ailleurs qu’il y aurait une zone de présomption archéologique sur le sommet du Ménez-Bré et que, « en fonction de l’emplacement retenu et son impact sur le sol, il pourrait être prescrit un diagnostic archéologique ».

« Cette statue ne dérange personne »

« On n’a pas franchement l’intention d’obtempérer aux injonctions des Bâtiments de France, du moins, pas sans discuter », déclare Yvon Garrec.

« On ne veut pas se fâcher avec les Bâtiments de France mais on veut faire comprendre que c’est un apport culturel pour Pédernec et l’agglomération, que cette statue ne dérange personne là où elle est et qu’elle attire du monde », conclut Yvon Garrec.

Pour être soutenue dans sa contestation du déplacement de la statue, l’association a lancé, fin juillet, une pétition. Celle-ci a recueilli 600 signatures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre information