Entre jacobinisme et européisme, l’impossible équation républicaine

Par Erwan Boreau

Dans son Idée de la Décentralisation, Maurras revenait sur la politique de Gambetta en expliquant : « Mais la vérité est d’ailleurs que Gambetta, comme Thiers, se sentait désormais médiocrement favorable aux franchises locales. Il ne croyait pas qu’il fût possible de gouverner sans la centralisation. […]. Il expliquait par un souci patriotique sa préoccupation jacobine et césarienne de « tenir » le pays en tutelle administrative. ». Ce jacobinisme, c’est-à-dire cette organisation bureaucratique de défense de l’indivisibilité républicaine face aux libertés régionales, a longtemps sous-tendu la politique républicaine : Combes en 1902 avec l’interdiction de la langue bretonne en est l’un des exemples historiques les plus douloureux.

C’est également ce jacobinisme républicain qui a, pendant des dizaines d’années, motivé les refus administratifs de gestion officielle des livrets de famille bilingue breton-français. Même si l’on peut saluer la récente remise du premier livret de famille français-breton par la Mairie de Nantes, il ne faut pas oublier que la république refuse encore de reconnaitre le caractère officiel de ce document : « Les livrets de famille étant constitués d’actes de l’état civil, qui sont des documents publics, doivent être, en l’état du droit actuel, rédigés en français. À l’inverse, il ne saurait en conséquence être reconnu de caractère officiel à des documents non rédigés en français, même partiellement. […] Ces livrets ne peuvent donc avoir de caractère officiel ni de valeur probante. »

La république, parce qu’intrinsèquement faible et fausse, a donc choisi l’hypocrisie patentée : le livret peut être remis s’il est demandé, mais il a autant de valeur qu’un rouleau de papier toilette aux yeux du système. Historiquement, ce jacobinisme d’Etat se justifiait – pour les républicains – par le souci d’unité administrative du pays, en vue d’oblitérer les libertés et particularités locales au profit d’un peuple unique. Evidemment, n’importe quel breton, normand, corse ou basque pourrait s’offusquer de cette ineptie qui a – pour seule raison – la fragilité d’un système. Mais la république n’avait pas encore affiché clairement sa volonté de soumission de notre pays.

C’est exactement ce qu’il faut voir dans le nouveau format de la Carte Nationale d’Identité (CNI), qui a récemment été officialisé. Le drapeau européen en lieu et place du drapeau français, et surtout traduction anglaise des termes utilisés… dans un document public, ce qui contredit non seulement les décisions prises concernant les langues locales, mais met surtout en exergue la volonté affichée de nos gouvernants de soumettre la France à l’Union Européenne. Le jacobinisme républicain ne tient donc plus face à l’européisme : Paris n’est plus le centre du pouvoir, mais un simple épicentre européen d’une politique hors-sol, sans pertinence ni constance, dont l’hypocentre est Bruxelles.

C’est contre cette dynamique que tous les patriotes doivent s’élever : il faut non seulement défendre notre Patrie contre cet asservissement, mais également lutter contre cette politique jacobine pour recouvrer nos libertés locales pour redonner, enfin, une véritable politique pérenne à la France.

« Pour sauver le patriotisme, il faut réformer la patrie, comme il faut réformer l’État pour sauver la notion de gouvernement. L’État français sera conçu non pas moins « un », sans doute, mais uni suivant des principes plus souples, plus conformes aux richesses de sa nature, plus convenables à nos mœurs, et qui établiront une meilleure division du travail politique. Aux communes les affaires proprement communales, les provinciales aux provinces ; et que les organes supérieurs de la nation, dégagés de tout office parasitaire, président avec plus d’esprit de suite et de vigueur à la destinée nationale. » (Charles Maurras, l’Idée de la Décentralisation).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre information