Ephéméride bretonne du 3 Février

  • 1137 : Fondation de l’abbaye cistercienne Saint Aubin des bois à Plédéliac, dans les Côtes d’Armor

En 1143, Philippe, son premier abbé, obtient d’Eugène III la confirmation de toutes les donations déjà faites à Saint-Aubin-des-Bois. En 1240, le monastère est la proie des flammes. La générosité de Denise de Matignon le relève de ses cendres. En 1255, sous l’abbé Hervé, est consacrée l’église rebâtie. En 1433, Eugène IV, qui s’était réservé la nomination du chef de cette communauté, casse l’élection d’Olivier de la Garande, mais, en décembre de la même année, sa sainteté le rétablit. En 1483, Olivier Hus, qui gouvernait l’abbaye depuis 41 ans, est révoqué, comme trop « âgé et imbécile » par Guillaume, abbé de Bégard. Le 23 juin 1484, Olivier de Broon est pourvu de l’abbaye de Saint-Aubin (deux ans après, il est élu abbé de Saint-Melaine de Rennes). En 1653, un ancien évêque d’Avranches, Roger d’Aumont, est abbé de Saint-Aubin. Le 6 juillet 1752, César de Bonamour, docteur en Sorbonne et vicaire général de Rennes, est abbé de Saint-Aubin (il meurt le 24 juillet 1753). La Révolution française porte un coup fatal à l’abbaye de Saint-Aubin-des-Bois où sept moines y séjournaient encore. En février 1796, deux religieux cisterciens de Saint-Aubin sont massacrés par les soldats bleus à la recherche de chouans. L’un des religieux rescapés loue les locaux jusqu’à sa mort en 1820. Dès 1825, le monastère est racheté par l’évêque de Saint-Brieuc, Mgr Le Groing de La Romagère. Il est aménagé en maison de retraite pour prêtres. La maison de Saint-Aubin abrite ensuite l’hospice des Frères de Saint-Jean de Dieu à partir de 1830. Leur établissement est transféré à Léhon en 1838. Vendue, l’abbaye est dépecée pour construire les châteaux de La Vallée et de Saint-Aubin proches, ainsi que les églises de Quintenic et de Pléven.

  • 1286 : Mort de l’évêque de Saint Malo, Simon de Clisson
  • 1338 : Naissance de Jeanne de Bourbon, future épouse de Charles V (Biographie complète de la Reine à lire ici). A sa mort, le Roi, très affligé, dira  «Elle est ma belle lumière et le soleil de mon royaume» . Christine de Pisan écrit du deuil royal : «Le roi fut très dolent du trépas de la reine ; malgré sa grande vertu de constance, cette séparation lui causa si grande douleur et dura si longtemps que jamais on ne lui vit pareil deuil : car moult s’aimaient de grande amour.»
  • 1763 : Ouragan à Noirmoutier avec disparition d’un bois d’ormeaux à la Guérinière, du Moulin des Onchères et de 10 maisons de Barbâtre
  • 1790 : Dissolution du Parlement de Bretagne par l’Assemblée Nationale (Histoire du parlement à lire ici)

  • 1812 : Naissance du député royaliste Charles de la Monneraye

Saint Breton du jour : Saint Morvred,disciple de saint GWÉNOLÉ et moine à LANDEVENNEC en BRETAGNE (VIème s.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.