Ephéméride bretonne du 9 février

  • 1489 : Anne de Bretagne rentre dans la Ville de Rennes pour y être couronnée Duchesse de Bretagne
  • 1751 : Mort d’Henri François d’Aguesseau.

La magistrature française n’a pas de nom plus imposant, plus grand que celui de cet homme, environné du triple éclat des vertus, des talents et des lumières. Henri-François d’Aguesseau né à Limoges le 7 novembre 1668, sortait d’une famille distinguée dans l’exercice des charges publiques ; son père, qui, d’intendant du Limousin, était devenu conseiller d’état, jouissait d’une réputation singulière de droiture et d’intégrité : aussi le roi disait-il, en nommant le jeune d’Aguesseau avocat général, d’après la seule recommandation du père : « Je le connais incapable de me tromper ; même sur son propre fils. »

Promu successivement aux fonctions d’avocat du roi (1690), d’avocat général (1691), de procureur général (1700) et de chancelier (1717 ), d’Aguesseau commença par exercer sur le, stylé judiciaire l’heureuse influence que plus tard il porta dans la législation. Lire la suite.

  • 1792 : La Convention décide de réquisitionner les biens des émigrés.
  • 1879-1936 : Naissance et mort de l’historien, journaliste, écrivain et militant royaliste Jacques Bainville

Saint breton du jour : Saint Thélo.

Saint Théleau a surtout laissé des traces au Pays de Galles où 25 lieux portent son nom, mais huit en Bretagne également. Théleau n’a apparemment jamais vécu en Basse-Bretagne ; il y est toutefois vénéré. À sa mort, le corps de saint Théleau se serait multiplié par trois, contentant ainsi les trois paroisses cambriennes qui l’avaient vu vivre : Penalun, Llandeilo Fawr et Llan Dâw3. On ignore comment certaines de ces reliques sont parvenues à Landeleau en Bretagne.

  • Dans le Finistère, deux églises, celles de Leuhan et de Landeleau (une fontaine Saint-Théleau existe aussi dans cette commune), et une chapelle à Plogonneclui sont dédiées.
    • À Landeleau, le jour de la Pentecôte, on célèbre la fête du saint patron par une sorte de troménie4. C’est une longue procession, dite « tro ar relegoub» , le « tour des reliques », qui part de l’église paroissiale pour rejoindre la chapelle Saint-Laurent puis revient par un chemin en partie différent. Lire la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.