Ephéméride bretonne et royaliste du 28 février

  • 1518 : Naissance de François III de Bretagne (1518-1536)

Le lendemain de la publication de l’édit d’union à Nantes, au cours de festivités hautes en couleurs, François fut couronné duc de Bretagne à Rennes le 14 août 1532. Après qu’il se fut dépouillé du collier de l’ordre de Saint-Michel, il se para du collier de l’ordre de l’Hermine. L’évêque Yves Mahyeuc lui remit alors l’épée des ducs, bénit la couronne d’or et la lui posa sur le chef. Ainsi équipé, François III alla s’asseoir sur le trône et prononça en breton et en français son serment. Les quelques initiatives du jeune duc François III à l’égard de ses nouveaux sujets déplurent tant au roi qu’il l’éloigna de la Bretagne. Il ne gouverna jamais son duché dont l’usufruit était exercé par son père.

  • 1791 : Constitution du groupe royaliste « Les Chevaliers du Poignard »

Le bruit ayant couru qu’un attentat se préparait contre le roi Louis XVI, plusieurs centaines de gentilshommes se présentèrent aux Tuileries, le 28 février 1791. Ayant transformé en arsenal les armoires du château, ils y avaient caché des pistolets, de courtes épées, et jusqu’à des poignards, et venaient, portant pistolets et poignards, se mettre à son service. (Source)

  • 1841 : Naissance d’Albert de Mun, député royaliste et véhément défenseur du corporatisme
« Durant que vivait Albert de Mun, point n’était besoin de chercher une définition du gentilhomme. « Voyez de Mun », disait-on. La mince silhouette d’un officier de cavalerie, une démarche souple et ferme, un geste rare, toujours dépourvu d’emphase, conféraient à sa personne un prestige immédiat auquel les rudes démagogues ne se montraient point insensibles. A un haut degré de perfection, la politesse touche et charme les natures les plus renfrognées. Albert de Mun provoquait une contagion de courtoisie : nulle interruption ne s’élevait dans la Chambre de 1910-1914 quand il prononçait une de ces harangues où l’émotion contenue ennoblissait une pure argumentation. »

Saint breton du jour : Saint Ruellin († vers 650), évêque de Quimper en Bretagne, disciple de saint Tugdual

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.