Sur la taxation des plus riches

Intéressant billet de Mr Jean Philippe Chauvin à lire intégralement ici :

La proposition de M. François Hollande de taxer à 75 % les personnes touchant plus d’un million d’euros par an (proposition sur laquelle je ne me prononce pas pour l’instant, même si elle ne me semble pas forcément choquante…) soulève de nombreuses questions, au-delà de la posture électorale, et révèle quelques faiblesses de notre système politique, en définitive.

Première question : combien cette mesure toucherait-elle de personnes ? En fait, très peu de personnes, semble-t-il : entre 10.000 à 15.000, selon les sources, sur 36 millions de foyers fiscaux. Des sportifs, des artistes, des dirigeants de grandes entreprises, des héritiers de grandes fortunes…

Deuxième question : comment empêcher les plus riches de quitter la France ? Là encore, j’éviterai de proposer des choses définitives car, en ce domaine comme en beaucoup d’autres, l’expérience doit rester maître du jeu et guide pour la suite. Mais je pense que, par exemple dans le cas des sportifs, ne pourraient concourir sous les couleurs françaises que ceux qui payent la plus grande part de leurs impôts en France : est-il normal qu’un joueur de raquette français qui est censé représenter la France, qui est soutenu par la fédération française et, donc, par les licenciés mais aussi par les contribuables français, s’exonère de ses devoirs fiscaux ? « Nationalité est fiscalité », d’une certaine manière. Il ne s’agit pas de « dénoncer les riches » mais d’en appeler à leur sens civique, tout simplement ! L’argument vaut aussi pour tous ces artistes qui trouvent le fisc trop tatillon en France, parce que plus exigeant : mais être Français c’est aussi en accepter les devoirs, ce qui n’empêche pas d’ailleurs de critiquer tel ou tel aspect de ceux-ci, dans le cadre du débat civique et politique.

Troisième question : cela ne risque-t-il pas de décourager l’esprit d’entreprise ou l’initiative industrielle ? Evidemment, le risque existe, et j’ai souvenir de ce médecin du sud de la France qui l’a quittée, dégoûté par une taxation qu’il jugeait abusive au regard de sa quantité (et qualité) de travail : il m’expliquait qu’il donnait chaque année « une villa » à l’Etat en équivalent argent. Mais c’était plus les charges sur son travail lui-même que les sommes déboursées pour l’impôt sur le revenu qui le choquaient… Détaxer le travail de manière raisonnable peut aussi être la meilleure manière de conserver ceux qui, attachés à leur entreprise ou à leur fonction, se sentent parfois entravés dans leur initiative ou leur compétitivité.

 

En fait, au-delà de ces questions et de mes tentatives de réponse, cette proposition pose aussi une question à peine subliminale, même si elle est, en définitive, majeure : dans quel type de société voulons-nous vivre ? Une société régie par le seul Argent et mue par l’intérêt individuel, ou une société qui n’oublie pas l’argent, certes, mais n’en fait qu’un moyen et non une fin « majuscule », une idole avec ce « A » impérial, une société qui privilégie l’entraide et le partage équitable ? Bien sûr, l’opposition entre ces deux sociétés n’est pas si manichéenne, et il y a aussi des systèmes d’aide sociale dans le premier cas, des « amortisseurs de crise », diraient certains, mais le sens principal d’une société de consommation et « d’Avoir » ne va guère vers l’équité ou la nécessaire justice sociale, condition d’un équilibre des ensembles économiques, sociaux et humains…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.