Royalistes d’aujourd’hui

Très intéressant article de Stéphane Blanchonnet à lire  sur son site A Rebours :

L’Action française se veut un mouvement avant tout nationaliste, le nationalisme étant à la fois notre cause première (l’origine de notre engagement) et notre cause finale (l’intérêt national est notre seul objectif). Mais l’Action française n’oublie pas non plus la leçon de Maurras qui nous a appris qu’en France, compte tenu de notre histoire et du tempérament de notre peuple, l’instrument à la fois le plus légitime et le plus efficace pour servir la nation est, et demeurera toujours, la monarchie capétienne. Une tradition veut que le numéro d’août du journal rappelle cette vérité et c’est dans cet esprit que j’ai mis à jour dans les lignes qui suivent un petit cercle d’étude que j’avais jadis préparé pour les militants lyonnais. Le principe en est simple : répondre aux objections que nous rencontrons habituellement quand nous descendons dans la rue faire notre travail de « camelots » du roi…

    « Le roi, c’est un retour en arrière ! » Même si cela ne répond pas complètement à l’objection, il est bon de rappeler que celle-ci témoigne d’une méconnaissance historique. Le plus souvent, dans l’esprit de celui qui l’utilise, la France a été en monarchie pendant des siècles puis la République a été instaurée une fois pour toute en 1789 (en 1792 dans le meilleur des cas). C’est oublier un peu vite qu’il y a eu trois rois et deux empereurs après 1789. Il est faux d’affirmer de façon péremptoire que la France est en république depuis deux siècles. En fait, elle l’est en réalité depuis 1879 (élection à la présidence de Grévy à la place du monarchiste Mac-Mahon). Sur une histoire de mille ans, cela fait peu ! Et puis si l’on tient à ce genre de raisonnement, il faut aussi admettre que la révolution de 1848 opérait un « retour en arrière » d’un demi-siècle en rétablissant… la République ! Plus fondamentalement, cette objection dénote une adhésion plus ou moins consciente à l’idée d’un « sens de l’Histoire », conception contre laquelle nous devons nous élever énergiquement au nom des faits comme au nom de la raison. L’Histoire universelle nous offre le spectacle de phases de prospérité et de décadence, de périodes de paix et de guerre, d’une succession de régimes plus ou moins démocratiques, monarchiques, aristocratiques ou oligarchiques sans qu’il soit possible d’établir un mouvement linéaire et un « sens unique » comme le pensait naïvement les progressistes du XIXème siècle. En clair, le problème n’est pas de savoir qui vient après ou qui vient avant mais quel est le régime à la fois le plus efficace et le plus conforme à notre Histoire.

    « La royauté c’est la dictature ! » Encore une objection qu’il faut bien classer dans la catégorie des préjugés et des « idées reçues ». Il est peut-être bon de commencer par répondre en interrogeant nous-même notre contradicteur : Combien d’États européens sont-ils aujourd’hui des monarchies ? Sept parmi les pays membres de l’Union européenne. Sont-ils pour autant des « dictatures » ? Pour changer de continent et de civilisation : des pays comme le Maroc ou la Jordanie connaissent-ils les pires régimes qui soient en terre musulmane ? D’ailleurs, pour revenir à l’Histoire de France, qui fait le plus figure de dictateur ? Le malheureux Louis XVI, qui n’a pas su réprimer la Révolution par amour du peuple, ou le sanguinaire Robespierre ? Qui avait le plus de pouvoir ? Le monarque théoriquement « absolu » de la fin de l’Ancien régime, qui devait composer avec de puissants corps intermédiaires, ou Napoléon Bonaparte, à la tête d’une société entièrement centralisée et caporalisée ? Plus fondamentalement, la philosophie politique classique, héritière des Grecs, distingue soigneusement deux régimes qui sont la monarchie et la tyrannie. La tyrannie est le gouvernement d’un seul selon son caprice et dans son seul intérêt, la monarchie est le gouvernement d’un seul selon la loi et dans l’intérêt commun. Concrètement, quelle raison empêche le roi de devenir tyran ? Faisons d’abord remarquer que la question « quelle raison empêche un chef élu, un démagogue, de devenir tyran ? » mériterait elle aussi examen ! Ensuite, précisons que l’idée de monarchie implique pour nous l’idée de constitution. Qu’elle ait été écrite ou non, elle a toujours existé dans l’ancienne monarchie française. La personne du roi n’est ni la loi suprême (d’où les fameuses « loi fondamentales » ou les serments prononcés lors du sacre), ni le point de concentration de tous les pouvoirs (nous sommes favorables à des contre-pouvoirs nombreux et organisés).

    « Le roi, ça ne sert à rien. » Le fait de mentionner les monarchies européennes actuelles dans notre réponse à la précédente objection peut conduire nos interlocuteurs à nous interroger sur ces formes de gouvernement, qui apparaissent comme des survivances du passé sans réel pouvoir. Pour commencer, il faut répondre que montrer à travers des exemples que royauté et dictature ne sont pas synonymes manifeste une adhésion en quelque sorte « négative » de notre part à ces exemples et non une adhésion « positive » (ce ne sont pas nos modèles). Ensuite, il importe d’ajouter que même dans ces monarchies « démocratiques », le rôle du roi est loin d’être nul. Il peut apparaître comme un fédérateur entre des nations différentes rassemblées dans un même État (cas de la Belgique mais aussi, dans une moindre mesure, de l’Espagne ou du Royaume-Uni), comme un contre-pouvoir par rapport à la majorité parlementaire et gouvernementale (alors qu’un président français en cas de cohabitation apparaît comme un adversaire de la majorité), comme un facteur de cohésion dans l’espace et surtout dans le temps (la monarchie est l’institution qui incarne la permanence de l’histoire d’un peuple, au-delà des changements politiques et sociaux). Mais si nous reprenons à notre compte tous les avantages de la monarchie encore présents dans les royautés européennes contemporaines, nous attendons plus d’une restauration. Pour nous, elle doit rendre à l’État son autorité et au peuple ses libertés comme aimait à le dire Maurras.

    « La monarchie c’est bien dans l’absolu mais les Français n’en voudront jamais ! » C’est l’objection des royalistes « honteux ». Si une chose est conçue par l’intelligence comme un Bien, la volonté doit en rechercher la réalisation. C’est plus qu’une question de logique, c’est un devoir ! Quant à l’opinion des Français, elle est changeante comme le montre notre histoire. La monarchie n’est pas plus improbable aujourd’hui que ne l’était la République avant 1789. Pour prendre un autre exemple, qui aurait pu prévoir la disparition de l’URSS et de ses satellites dans les années 80 ? En vertu d’un préjugé un peu similaire, il peut paraître plus utile, aux yeux de certains royalistes, de militer dans un parti comme le Front National ou l’UMP plutôt qu’à l’AF. Mais que signifie « utile » dans ce cas ? Faut-il toujours préférer le moindre mal au Bien ? Dans une logique prudentielle, il faut bien entendu tenir compte des circonstances mais militer pour la monarchie n’a jamais empêché personne de voter pour tel ou tel candidat ou de mener des campagnes aux côtés de patriotes républicains. D’ailleurs, nous n’appelons pas à l’abstention systématique qui s’apparente souvent à la politique du pire. Cela dit, les partis démocratiques ont montré leur impuissance à enrayer le déclin national. Compte tenu de ce constat et du caractère fort improbable d’une victoire électorale décisive et complète de la droite dite « nationale », pourquoi, si nous sommes royalistes, ne pas militer avant tout pour nos idées ?

Cela implique-t-il pour autant la création d’un parti politique royaliste ? Nous ne le pensons pas. D’une part, il n’est pas évident qu’il soit plus facile de réunir les diverses « familles » du royalisme que de faire adhérer un nombre important et significatif de Français à la monarchie. Alors, pourquoi ajouter une étape et une difficulté supplémentaires à une tâche déjà ardue ? D’autre part, alors que les partis traditionnels sont en crise, qu’ils ont renoncé à rédiger des programmes de gouvernement, que leur affrontement apparaît de plus en plus artificiel et coupé des réalités, est-il opportun de nous mettre à leur école ? L’AF préfère se fixer des objectifs réalistes et adaptés à sa nature d’école de pensée et de mouvement militant : recruter le plus largement possible des Français préoccupés par le destin de leur nation, les former, les mener à la conclusion monarchique, diffuser nos idées (par le journal, dans la rue, par Internet), tisser des réseaux dans tous les domaines de la vie sociale.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.