Agences d’Etat et bureaucratie morbide

Agences d'EtatCet article est tiré du dernier numéro de Prospectives Royalistes de l’Ouest d’Octobre, à télécharger gratuitement ici :

L’économiste méconnu Georges Elgozy écrivait dans son ouvrage l’Esprit des mots ou l’antidictionnaire  cette admirable citation : « Bureaucratie : Mille-pattes à mille têtes dont ni pattes ni têtes ne fonctionnent d’une manière synchrone ; lorsqu’elles fonctionnent ». Admirable, car en ces quelques termes bien choisis, l’auteur dépasse le temps et les contextes sociaux-économiques pour saisir l’ineptie bureaucratique dans sa quintessence,  ne laissant aucun doute ni soupçon sur sa réalité morbide pour tout système politique.

Ainsi, à l’heure où les médias nationaux commencent à relayer le fameux rapport de l’Inspection Générale des Finances sur « les Agences d’Etat »,  cette citation peut-elle éclairer la conclusion du rapport : « La plupart des agences ont été créées de façon ponctuelle, sans cohérence d’ensemble et sans réflexion systématique sur leurs conséquences pour le reste de la fonction publique ».  En clair, la France, en pleine crise économique, redécouvre avec horreur et damnation les dramatiques conséquences d’une bureaucratie titanesque, ces « myriades d’agences d’Etat » qui n’eurent de cesse de se multiplier depuis plusieurs décennies.

La coupe semble inéluctable, tant le poids de la branche est élevé : 1 244 agences liées directement à l’Etat, 50 milliards d’euros de coûts pour près de 450 000 emplois en 2012, chiffres renforcés de plus de 6% sous le quinquennat Sarkozy. En ces temps de famine budgétaire, le gouvernement Hollande-Ayrault aura à cœur d’user de son sécateur économique pour en tirer quelques bénéfices momentanés, faisant ainsi taire au passage les nombreux et véhéments reproches qui pullulent littéralement dans la presse française.

Mais évidemment, cisailler le rameau ne l’empêchera pas de repousser : la Bureaucratie, telle qu’elle apparaît ici, est intrinsèquement liée au système politique républicain. Concrétisations administratives de la vision politique à court terme de la république, ces agences d’Etat ne furent conçues à la base que comme des réponses démagogiques et temporaires aux revendications les plus diverses. C’est bien là le fond du problème : couper dans le gras, diminuer les subventions ou regrouper quelques agences ne dénouera nullement l’actuel nœud administratif, mais aura pour unique conséquence l’envoi aux ASSEDIC de dizaines de milliers de français.

Face à ce problème, les gouvernants républicains agissent en hommes politiques : il faut aujourd’hui penser en hommes d’Etat.  A l’évidence, l’actuel enchevêtrement administratif des agences d’Etat ne se résolvera que par la mise en place d’une vision politique à long terme, d’une décentralisation profonde des institutions et surtout, par l’inaltérable volonté gouvernementale de libérer la France de l’actuelle emprise étatique et bureaucratique. Volonté que seul un Roi peut légitimement porter.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.