Pour Jean-Philippe (dit Harlem) Désir, le principe de la manifestation est antidémocratique et antirépublicain

Opération diabolisation. « En menaçant d’en appeler à la rue contre l’exécutif et les réformes de la majorité, le secrétaire général de l’UMP sort des limites du débat démocratique et républicain » dénonce dans un communiqué ce lundi Jean-Philippe Désir, le Premier secrétaire du Parti socialiste. Aux Nouvelles de France, on ne savait pas que manifester, c’était être contre la démocratie et la République. À ce compte-là, il va falloir interdire et dissoudre (d’urgence) la CGT, SUD, Act Up-Paris, le NPA et Cie… et plus vite que ça !

Celui qui se fait appeler Harlem pour faire plus « diversité » reprend, sans même s’en rendre compte, l’expression maurrassienne « pays réel » utilisée dimanche par Jean-François Copé, affirmant que « le pays réel, que Monsieur Copé prétend opposer au gouvernement de la France, a voté démocratiquement pour un changement de politique » le 6 mai et le 17 juin. Quelle mauvaise foi : le pays réel n’a pas voté pour le TSCG, pas plus qu’il ne s’est prononcé sur le vote des étrangers ou en faveur du « mariage » homosexuel.

S’en suit un délire perso sur « la soif de revanche de la droite » qui « ne connaît aucune limite » et qu’il assimile à « une surenchère dangereuse, irresponsable et indigne d’un républicain »

Lire la suite du billet sur le site Nouvelles de France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.