« Les patrons de la presse nationale/ Tous mauvais » de Jean Stern

La presse est-elle encore le Quatrième Pouvoir ou, se traînant péniblement à la remorque des médias audiovisuels, n’est-elle plus qu’un tigre de papier ? La question se pose avec de plus en plus d’acuité au moment où tant de journaux, exsangues, ne survivent que grâce aux « aides directes à la presse » (13 millions d’euros pour Le Figaro, 14 millions pour Libération et 17 millions pour Le Monde en 2010) généreusement versées par un Etat qui, lui-même aux abois, pourrait bien être contraint de fermer le robinet.

Un journaliste de Marianne assistait-il, le 13 octobre, à la tonique Journée de réinformation organisée par Polémia sur le thème « Face à la tyrannie médiatique : nouvelles donnes, nouvelles cibles, nouveaux outils » et au cours de laquelle fut présenté l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (www.ojim.fr/) présidé par Claude Chollet ? Toujours est-il que, treize jours plus tard, l’hebdo fondé par Jean-François Kahn faisait sa une sur ou plutôt « contre le panurgisme médiatique » : une charge violente contre les confrères qui « disent tous la même chose, au même moment ». Rien n’est d’ailleurs plus logique puisque, selon un sondage publié le 17 avril dernier par le même magazine sur les intentions de vote des journalistes au premier tour de la présidentielle, 76,7% des sondés se partageaient entre François Hollande, Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly, les autres s’abstenant ou affirmant leur préférence pour des candidats marginaux (Philippe Poutou, Jacques Cheminade…), cependant que Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen obtenaient tous deux… 0% ! Un vote aux antipodes de celui des Français.

Une consanguinité dévastatrice entre journalistes et politiques

La fracture va s’accentuer puisque les intentions de vote des élèves des écoles de journalisme étaient encore plus caricaturales : là, c’est 100% des suffrages qui se portaient sur les candidats oscillant du rose au rouge cramoisi : un décalage radical avec le corps électoral. De même que « la consanguinité de plus en plus forte et dévastatrice entre journalistes et politiques » est soulignée le 1er novembre par le sociologue Thierry Wolton sur le site latribune.fr, ce décalage explique la perte de crédibilité de la presse et donc la fuite du lectorat. Ce dernier préfère se contenter des journaux radio-télévisés, tout aussi conformistes mais gratuits, et, surtout, recourt de plus en plus à Internet pour s’informer.

Evidemment, ce n’est pas cette gauchisation croissante des faiseurs (de moins en moins) d’opinion qu’incrimine dans la crise actuelle Jean Stern, ancien du Libération de la haute époque qu’il continue d’idéaliser et cofondateur du magazine homosexuel Le Gai-Pied. Mais, à condition de le lire d’un œil critique et de conserver pendant la lecture son libre-arbitre et même son esprit critique, son essai Les patrons de la presse nationale/ Tous mauvais n’en est pas moins riche d’enseignements.

Lire la suite de l’article

Une réflexion sur “« Les patrons de la presse nationale/ Tous mauvais » de Jean Stern

  • 15 novembre 2012 à 17 h 24 min
    Permalien

    Très intéressant article, même si la relativisation de la gauchisation de la classe médiatique me semble impertinente car ce fait est profondément significatif, représentatif du malaise français…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.