Notre-Dame des Landes : faux arrêté, vrai barrage

Suite des innombrables illégalités qui émaillent la mise en œuvre contestée du non moins contesté aéroport du Grand Ouest. Tout est calme sur la ZAD, où il fait passablement froid. Pluie, boue, humidité, brouillard, tempête, et maintenant gel, la nature y prend fait et cause pour ses défenseurs.

Le général Hiver qui avait eu raison de Napoléon en Russie fatigue les gendarmes qui ne voient plus la fin de la « mission Notre-Dame des Landes ». Du coup, les opposants (re)construisent, rassemblent de quoi passer l’hiver et rajoutent des barricades un peu partout.

Les barricades de la ZAD profitent de la paix retrouvée. Photo Anaïs Denaux

Mais s’ils n’attaquent pas, ils tiennent un ou deux carrefours, notamment celui des Ardilières, au nord. Et ils y bloquent à 14h des tracteurs chargés de matériel de construction… sous prétexte d’un arrêté préfectoral qui n’existe pas encore. En effet, le 30 novembre, le préfet avait pris deux arrêtés interdisant le transport de carburant et de produits inflammables dans le but de mener sur la ZAD une opération policière lourde remise au moins à la semaine prochaine suite au manque d’empressement du juge des référés de Saint-Nazaire. L’un de ces deux arrêtés (celui sur les carburants) a depuis fait l’objet d’un recours. […]

La suite sur Breizh Journal, via le Centre Royaliste d’Action Française

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.