Les éleveurs Bretons exigent une simplification des normes administratives

9 déc

nantaiseL’assemblée de l’Union des groupements des producteurs de viande de Bretagne à Saint-Quay-Portrieux (22) a mis en exergue l’urgence du redressement de la production : à cause de la baisse des productions d’animaux d’élevage Bretons, au moins un abattoir porcin est menacé de fermeture à court terme, et les abattoirs bovins sont eux aussi en surcapacité. La France pourrait même devenir importatrice nette de viande, alors qu’elle est encore excédentaire. L’Ugpvb rassemble 27 organisations de producteurs de porcs, oeufs et bovins, regroupant 5.700 producteurs de porcs, 6.500 élevages et 580 producteurs d’œufs, sur les cinq départements Bretons et dans les provinces limitrophes d’Anjou, Poitou et Maine.

Michel Bloc’h, président de l’Union des groupements, a affirmé que « le développement de la production ne doit pas faire peur », et appelé à des décisions politiques engageant la simplification administrative, notamment en supprimant les zones d’excèdent structurel (ZES), rendues inutiles à son avis du fait de la baisse de la teneur moyenne du nitrate dans les eaux de Basse-Bretagne, de 30% en 15 ans.

Lire la suite de l’article sur BreizhJournal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.