Une crêche vivante interdite pour Noël !

Crèche vivante interdite à NoëlDans le calendrier des festivités de fin d’année de la Mairie de Surgères était inscrite la Crèche vivante. Un gros bébé joufflu veillé par sa maman voilée de bleu et son papa à la barbe fleurie devait y vagir à l’aise entre le bœuf et l’âne gris. L’École de musique de la rue Maurice Barcou aurait prêté quelques élèves et leurs flûtes à bec pour jouer les bergers flûtant au clair de lune, et Mlle Machepraut aurait secoué son tambourin tandis que les rois mages, habillés par Défi Mode, se seraient avancés en procession jusqu’au porche roman de l’église Notre-Dame. Dans la douceur de Noël, Surgères la moyen-âgeuse aurait ainsi offert à ses 6 446 habitants comme un air de mystère religieux.

Pour que le petit Jésus n’attrape pas une fluxion de poitrine, Monsieur le maire avait proposé d’installer l’étable sous la halle. Là où l’on fait la foire, là où l’on vend trois fois la semaine le fromage de chèvre et les fruits de mer. Mal lui en prit car la République veillait au tournant : pas de bondieuseries sous la charpente communale !

Les militants de la Libre pensée de Charente Maritime – fort nombreux comme on l’imagine à Surgères – ont donc écrit à Monsieur Guilloteau, le maire, qui est allé voir le curé, qui s’est dégonflé derrière son col romain (j’allais dire dans sa soutane, mais il est évident qu’il n’en porte pas). Annulée, la crèche vivante ! Le petit Jésus est retourné dormir dans son couffin, et le bœuf et l’âne ont regagné l’étable avec les enfants de l’École de musique. Tant pis pour eux et tant pis pour les touristes qui, à Surgères comme dans tant d’autres cités historiques, aiment à mélanger tourisme et traditions. Et la « tradition » fondatrice de Noël, c’est, n’en déplaise aux libres penseurs… la naissance de l’enfant Jésus.

 

Lire la suite de l’article sur le Boulevard Voltaire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.