Analyse comparée des ouvrages parus en 2012 sur les services secrets français

Espionnage à la FrançaiseLes trois livres ont comme dénominateur commun le profond respect des femmes et des hommes, civils et militaires qui exercent au service de la France, dans la dignité et dans l’honneur, une profession peu valorisée dans notre pays. Ils s’attachent tous à faire appréhender à leur public la complexité de cette mission dans un environnement mouvant et complexe par essence, en décrivant sans fard de très nombreuses opérations conduites partout dans le monde durant les 70 dernières années.

Les auteurs partagent dans leurs analyses respectives des pistes d’optimisation communes telles que l’accroissement des effectifs, des budgets, (ou le réalisme des objectifs assignés en regard des moyens humains, technologiques et financiers qui sont affectés) et de l’objectivation précise de leurs rôle et de leurs missions dans le cadre d’un plan stratégique clairement défini, inscrit dans la durée et régulièrement ajusté. A défaut, pour y parvenir les services devront diligenter des actions de force susceptibles d’être médiatisées plutôt que de mener leurs actions comme l’exige les normes feutrées de cette profession. Ils décrivent tous l’effroyable complexification d’un monde ayant quitté la bipolarisation, dans lequel les menaces se multiplient (terrorisme, guerre économique, émergence de nouveaux acteurs, compétition entre alliés, diffusion exponentielle des technologies…). Ils s’accordent enfin à penser que « la fonction crée l’organe » et comme les services français se sont créés, ont évolué et ont contribué à de nombreux conflits dans le monde, que les techniques militaires efficaces et d’une rare sobriété qu’ils ont alors développées les inspirent toujours, elles les éloignent désormais de la société civile dont ils sont pourtant issus et pour laquelle ils œuvrent.

L’approche des auteurs diffère pourtant par le niveau d’analyse, par leur passé, par leur style d’écriture et par l’objectif qu’ils poursuivent : Constantin Melnik développe dans ce livre testament l’approche au scalpel d’un homme d’Etat, à la vie passée d’abord au service de la France puis comme écrivain. Eric Dénecé, après un passage dans les services de renseignement militaires et à la Défense Nationale cherche à influer sur leur devenir par la capitalisation de leur histoire dans une approche universitaire et à mieux faire connaître leur action en recueillant des faits livrés par une communauté d’initiés qu’il anime et dont il distille certains éléments à la connaissance du public. Le triumvirat assez éclectique propose dans une construction chronologique une collection impressionnante d’actions qu’ils ont amassées en quarante ans et qu’ils traduisent dans le contexte politique et historique dans lequel elles ont été initiées et conduites.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.