La terre ne ment pas ; les politiciens, si…

Marrant de voir comment les véritables informations peuvent passer à la trappe et les fausses, faire la une des gazettes. Ainsi aura-t-il fallu écouter la brillante revue de presse de Natacha Polony sur Europe 1 pour avoir vent de ce « scoop », dont pour l’instant, seul Midi libre semble s’être fait l’écho. Il ne s’agit pas de n’importe quoi, puisque cela concerne la survie alimentaire de la planète en général, mais aussi de nos paysans en particulier.

Ainsi apprenons-nous que la Confédération paysanne — syndicat certes minoritaire et parfois plombé par l’un de ses dirigeants historiques, José Bové — a rappelé l’actuel Président à ses promesses de campagne, dans lesquelles il était stipulé que « les agriculteurs perdaient un droit immémorial d’utiliser gratuitement les semences de ferme ». Il est un fait que le 28 novembre 2011, une loi votée par l’UMP obligeait ces mêmes paysans à passer à la caisse dès utilisation de leurs propres semences, celles-ci étant propriété privée de multinationales les leur ayant au préalable vendues au prix fort. Pour l’instant, les décrets d’application de cette loi sarkozyste n’ont pas encore été publiés au Journal officiel. Et le gouvernement socialiste n’a pas encore tranché la question. Comme souvent. Comme toujours. Du côté de la FNSEA, silence radio. Rien à dire, puisque les représentants de ces entreprises agricoles, fortes de moins de 20 % de la population paysanne, totalisent près de 80 % des subventions européennes.

Au-delà des chiffres, cela signifie que l’agriculture française a vocation à être aux mains de cinq ou six multinationales de l’agro-alimentaire. Et que le fruit de leurs récoltes, de fait, ne leur appartiendra plus. Pis que tout, ces mêmes trusts entendent désormais étendre leur tyrannie sur les élevages bovins. Toujours selon Midi libre : « Les semences animales sont aussi dans le collimateur : à partir de 2015, il y aura une obligation de recourir à une insémination artificielle certifiée ou à des mâles certifiés. Les aides financières seront conditionnées au respect de ce processus de certification qui découle d’une directive européenne. » Et toujours cité par ce courageux quotidien régional, ce témoignage d’un éleveur : « Les chèvres de certains de mes collègues ont les mamelles qui traînent par terre, tellement on en a fait une sélection à outrance pour plus de rendement. Elles seraient incapables d’aller dans la garrigue, comme les miennes. Je suis sur des bêtes rustiques, chez moi, c’est l’arc-en-ciel des chèvres. » Le brave homme que voilà…

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.