Cour des comptes : le rapport qui tue

Cour des comptesUn rapport de la Cour des comptes critique vivement les mécanismes d’indemnisation du chômage et d’aide à l’emploi. Insoutenable…

Au moment où les chiffres du chômage explosent (3,132 millions de chômeurs en décembre, 10 % de plus en un an), la Cour des comptes publie un rapport explosif sur les politiques françaises de lutte contre le chômage. Apparemment, les gouvernements qui se sont succédé ont tout faux : les dispositifs sont largement inadaptés, n’indemnisent qu’une moitié des demandeurs d’emploi, sont financièrement insoutenables et promettent aux chômeurs « une expérience durable de la précarité ». Bref, tout est à revoir : l’Unedic, Pôle emploi, les circuits de formation professionnelle, aucun de ces organismes ne remplit convenablement son office et tous aboutissent à une épouvantable gabegie : rien que pour l’Unedic, la dette est passée de 11 à 13 milliards d’euros entre 2011 et 2012 et pourrait s’élever à 18 milliards cette année. Au total, l’ensemble des dispositifs en faveur du marché du travail absorbait en 2010 (derniers chiffres connus) 50 milliards d’euros dont 28 milliards pour la seule indemnisation du chômage.

Coûteux, notre dispositif serait en plus injuste : la formation profite à ceux qui en ont le moins besoin, les indemnités sont d’autant plus généreuses que les revenus sont élevés et insuffisamment dégressives, la durée de l’indemnisation, jusqu’à deux ans, est parmi les plus longues en Europe. L’indemnité maximale pour les cadres est de 6 129,20 euros contre 2 215 dans les Länder de l’ancienne Allemagne de l’Ouest. Il est vrai que nos cadres cotisent en conséquence et que le nombre de ceux qui perçoivent une telle somme est infime : seuls 4,5 % des allocataires perçoivent plus de 2000 euros.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.