Débat national sur la transition énergétique : un couac au gaz en Bretagne

Bretagne historique à 5 départementsAlors que l’année 2013 a été déclarée « année de la transition énergétique » par le président de la République et que le débat national se met doucement en place, Delphine Batho autorise une centrale de type cycle combiné à gaz (CCCG) sans que cela ait fait l’objet d’un débat public.

La ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie vient de signer l’arrêté d’autorisation d’exploiter une centrale CCCG d’une capacité de production de 446 MW, à Landivisiau, dans le Finistère. Première étape d’un processus administratif devant conduire d’ici deux ans à sa mise en chantier.

Ce projet, qui fera l’objet d’une subvention publique de 100 millions d’euros pour la construction (renforcement du réseau de gaz) et de l’ordre de 40 millions d’euros par an pendant vingt ans au minimum, à la charge du contribuable, est fondé sur une augmentation de 20% de la consommation d’électricité.

Et pour couronner le tout, il augmenterait la consommation régionale de gaz de 36% à 62% par an selon le niveau d’utilisation de la centrale et donc les émissions de gaz à effet de serre. Autant d’éléments surprenants à l’heure où le gouvernement annonce sa volonté de voir émerger un nouveau modèle de production et de consommation.

Gros potentiel en renouvelables

La Bretagne concentre pourtant un potentiel d’énergies renouvelables particulièrement important par rapport aux autres régions : éolien terrestre favorisé par le régime de vent, énergie marine hydrolienne et éolien offshore, ou encore méthanisation dopée par le secteur agricole.

De plus, des projets de raccordement de la région avec l’Irlande et l’Angleterre via le département de la Manche, à l’horizon 2020-2025, sont en cours pour tirer parti d’un potentiel hydrolien équivalent en puissance à dix réacteurs nucléaires.

La région fait à cet égard l’objet d’un chapitre intitulé « La Bretagne, un joli bouquet d’énergies renouvelables » dans le dernier manifeste de l’association négaWatt publié le 14 février 2013.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.