16 Novembre 1952 : Charles Maurras rend son âme à Dieu…

Il y a soixante et un ans, le 16 novembre 1952, Charles Maurras décédait à Saint-Symphorien-lès-Tours, à l’âge de 84 ans.

Maurras, Fils de la Mer selon l’expression de René Benjamin, était né en 1868 à Martigues, en Provence.

Cette précision n’est pas anecdotique car Maurras fut tout autre chose qu’un doctrinaire sans âme, un théoricien froid. Ce sont l’amour de la patrie (“la terre des pères”) et le souci de la nation qui l’ont conduit à la monarchie. Ce n’est pas un choix fait dans l’abstrait, c’est la conséquence d’un constat.

Biographie

Maurras connut, dans les premières années de sa vie parisienne, une période un peu bohème et anarchique. C’est sans doute le questionnement métaphysique et la passion de la poésie qui le sauvèrent d’une totale anarchie. Ce furent aussi, en 1888, les rencontres capitales de Maurice Barrès et de Frédéric Mistral.

BARRÈS ET MISTRAL

Barrès montrait le nationalisme comme un attachement à la terre et aux morts. Lui, fils de la Lorraine en partie annexée par l’Allemagne, était animé de l’angor Patriae. Mistral menait un combat pacifique pour la langue et la culture provençales, c’était une résistance à la République niveleuse et centralisatrice à l’excès. […]

La suite de sa biographie ici

Source : le Centre Royaliste d’Action Française

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.