Bernanos, une âme chevaleresque

Bernanos_Georges_03_mini.jpgPhilippe Dufay, dans son « Bernanos », et Eric Benoit, dans son « Bernanos, littérature et théologie », célèbrent de la meilleure des façons, c’est-à-dire en publiant chacun leur bouquin, le 65ème anniversaire de la mort du « chevalier égaré dans un monde qui ne lui correspond pas », comme le dit joliment Diane Gautret, dans le bel article qu’elle leur a consacré (1) :

BERNANOS 1.jpg

BERNANOS 2.jpg

Bernanos ! On ne peut songer à meilleur exemple pour tenter de saisir les liens possibles entre littérature et théologie.

Son œuvre romanesque est sous-tendue par la théologie du christianisme, singulièrement par le dogme de la communion des saints où toute l’humanité est constituée en un grand Corps mystique où se joue l’histoire du Salut, et où la souffrance des uns peut contribuer à la rédemption des autres. La structure même de la narration romanesque est en correspondance avec ces schèmes théologiques. On prêtera notamment attention au traitement particulier de la chronologie où certains instants narratifs sont à l’intersection du temps et de l’éternité.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.