La plus noble ambition

Parmi les multiples échecs de la République française, aujourd’hui en état de décomposition avancée, il en est un particulièrement grave : le domaine social. Programme-phare de la gauche et de l’idéologie laïque, il n’est pas pour autant étranger aux préoccupations des politiciens dits de droite, ne serait-ce que par souci de présenter une alternative crédible.

Mais que faut-t-il entendre par « domaine social » ou « programme social » d’un point de vue politique ? On peut énoncer que, l’adjectif « social » qualifiant d’abord ce qui touche la société dans son ensemble, le politique au sens noble du terme, se doit d’être extrêmement attentif à la cohésion de cette société, à l’équilibre de ses composantes, à ses forces et faiblesses, à ses perspectives d’avenir. Remarquons l’apparition d’un aspect international du domaine social avec l’immigration massive et la présence de nombreux nouveaux Français récemment issus d’autres continents et d’autres civilisations.

Pour être plus concret, on peut convenir que l’instruction, l’emploi, la santé, le logement, la famille font partie du domaine social, et que à ces questions sont étroitement liés nombre d’aspects transverses politiquement, comme les infrastructures, les finances publiques, les projections démographiques, la politique étrangère…On admettra également qu’une politique sociale peut être évaluée à l’aune de ce qui est fait en faveur des plus démunis.

Rappelons que, historiquement, le domaine social en France a été longtemps l’objet d’un partage de rôles entre l’Etat et l’Eglise ; que depuis deux cents ans cette association a évolué vers une mainmise de l’Etat, particulièrement au XXe siècle. A cela deux raisons liées : l’hostilité de plus en plus affirmée de l’Etat envers l’Eglise, et les traumatismes démographiques, moraux, économiques, culturels produits par les  deux guerres mondiales.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.