Noël breton : Gabriel Vicaire, Au pays des ajoncs. Avant le soir

Un bruit s’est répandu dans la Basse-Bretagne.
On dit que l’Enfant-Dieu vient de naître, et soudain
Tout s’émeut de la mer à la noire montagne :
L’un a quitté sa barque et l’autre son jardin.

Que de gens ! Pour mieux voir l’aurore qui se lève,
ll en vient de la lande, il en vient de partout,
Et l’on dirait que tous, après un mauvais rêve,
En plein ciel étoilé s’éveillent tout à coup.

Le penn-bas à la main pour soutenir sa marche,
Un pêcheur au cheveux de neige est en avant.

Jeunes gens, hommes faits suivent le patriarche
Et reprennent en chœur son cantique fervent.

Bas rouges, robe noire et châle des dimanches,
Les femmes bravement leur emboîtent le pas ;
Et c’est au loin comme une mer de coiffes blanches.
Un flot qui toujours roule et qui n’est jamais las.

Fillettes au regard étonné, bonnes vieilles,
Il en est de tout âge et de toute couleur.
C’est le bourdonnement d’une ruche d’abeilles
Sous un soleil d’été, dans le courtil en fleur.

Et derrière, mon Dieu, que d’êtres en guenilles
Au visage dolent et pourtant guilleret !
Des boiteux dans l’azur agitent leurs béquilles,
Des ivrognes font halte au premier cabaret.

II

O chrétiens qui rêvez, en plein péché peut-être,
Aux périssables biens qu’on acquiert en passant,
Voyez donc quel palais a choisi, pour y naître,
L’unique, le grand Roi, le Seigneur tout-puissant.

Regardez, bonnes gens. Ce n’est qu’une humble crèche
Où la mère et l’enfant sont blottis dans le foin.

Un bœuf est là, soufflant de son haleine fraîche,
Un petit âne roux fait hi-han dans un coin.

Pauvre hutte branlante et que rien ne protège,
Sait-elle seulement qui lui vient aujourd’hui ?
Par l’étroite lucarne, où frissonne la neige,
Le vent du Nord tempête et hurle, il est chez lui.

Mais toute jeune est l’accouchée et toute blonde.
Son visage de fleur sourit divinement.
Le poupon qu’elle allaite est le Maître du monde,
Elle le berce, heureuse, avec un tremblement.

Et la mer au dehors, la grande mer s’arrête.
Recueillie et craintive, elle a l’air d’écouter,
Au fond du ciel éclate un cantique de fête ;
Tous les anges de Dieu se sont mis à chanter.

Noël breton

Noël en Bretagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.