Les pierres d’angle de Chantal Delsol

Chantal Delsol voudrait aider une certaine élite de l’élite à penser juste, en un temps où presque tout le monde à renoncer même à penser,  comme elle l’avait vigoureusement montré dans son livre précédent L’Age du renoncement (Cerf, 2011).

C’est donc à ceux qui veulent bien encore réfléchir sur l’état actuel de la société occidentale et singulièrement sur les modes intellectuelles qui la dominent et qui régissent l’élite dirigeante, que s’adresse notre philosophe ; on devrait dire plutôt notre « sage », car Chantal Delsol n’est point un professeur qui exposerait, comme les autres, des systèmes de pensée, un système, le sien ; non, sa réflexion infiniment ductile conduit le lecteur avec intelligence et toute l’érudition nécessaire à se poser les seules bonnes, vraies et belles questions sur le sens de la vie, de notre vie personnelle mais aussi sociale, politique, économique et finalement écologique, dans le sens véritable de ce terme qui ramène l’esprit au réalité de notre « maison », de notre « chez nous ». Comment vivre sans d’abord l’affirmation de ce qui constitue les fondements de notre civilisation : la personne qui définit la singulière dignité de l’être, son rapport évident, tragique et magnifique, avec le monde, l’autre, Dieu qui se révèle et qui parle, la vérité qui ne relève pas d’une structure fermée mais qui incite à la quête de ce qui rassasie l’esprit de manière universelle et donc partagée, le projet qui en découle et qui porte l’espérance humaine, dirige l’âme, l’induit à la joie, l’inscrit dans une histoire et donne à la société tout entière une dynamique de progrès. La liberté est à ce prix, psychologique, morale mais aussi bien politique, où la démocratie se conçoit et devient possible, sinon elle n’est qu’un prétexte à tous les totalitarismes, comme le passé ne l’a que trop montré, comme la tentation en revient aujourd’hui, malgré les objurgations du « plus jamais ça ». Car, franchement, cet athéisme proclamé de l’élite française, qui substitue son système intellectuel de domination du peuple à la religion dont nul ne peut se passer, est une escroquerie monstrueuse. Tout le mal de notre société est là. Qui ne le voit ? Retrouvons donc nos « pierres d’angle », notre « maison ». Faisons de « l’écologie » intelligente et sage. D’ailleurs les jeunes catholiques ont compris la leçon, eux qui, à l’école de Benoît XVI, cherchent les fondements d’une « écologie humaine ».

Les pierres d’angle, de Chantal Delsol, le Cerf, 260 p., 20 euros.

Source : Politique Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.