Délits d’élus

Délits d'élusDeux journalistes publient aux éditions Max Milo une liste exhaustive de délits présumés ou condamnés commis par quatre cent élus. Une enquête utile, avant les prochaines élections.

Détournement de fonds publics, trafic d’influence, recel, pressions… La liste est longue des élus en exercice suspectés ou définitivement condamnés par la justice. Ancien premier ministre et maire de Bordeaux pressenti à l’Elysée en 2017, Alain Juppé n’a-t-il pas été condamné pour les nombreux emplois fictifs contractés par la mairie de Paris dans les années 90 ? Manitou de la fédération PS du Pas-de-Calais (laquelle fut le principal soutien de François Hollande lors des dernières primaires socialistes), député et président de la communauté d’agglomération de Lens-Liévin, Jean-Pierre Kucheida n’a-t-il été mis en cause dans des contrats crapuleux liés à des marchés publics ?

D’autres élus, moins connus, sont au centre d’affaires graves. Ainsi par exemple du président du conseil général de l’Ariège et député de l’Assemblée nationale, Augustin Bonrepeaux. En 2012, l’homme est mis en examen pour attribution illégale de marché public. Peu de temps après, il dissout une structure dédiées aux activités immobilières financée par le département. Par ailleurs, le journaliste (et concurrent politique) qui avait révélé les contrats litigieux dans la presse est retrouvé mort. Suicide probable par arme à feu, déclare l’autopsie. Quelques jours plus tard, il était convoqué chez le juge en charge du dossier…

Seul défaut du livre : les auteurs listent pêle-mêle des affaires qui révèlent le manque de probité de certains élus et qui pèsent financièrement sur les contribuables (détournements de fonds publics, corruption passive etc), et d’autres – également jugées – qui sont purement personnelles (violences intra-familiales, diffamations, affaire Vanneste etc) ; ils mélangent en outre les enquêtes judiciaires et les histoires qui n’ont valu à l’élu qu’une garde à vue sans suite.
Le travail effectué n’en est pas moins remarquable d’exhaustivité. Un livre particulièrement utile dans notre démocratie élective.

Délits d’élus, 400 politiques aux prises avec la justice, par Graziella Riou Harchaoui et Philippe Pascot – éd. Max Milo (19,90 euros)

Source : Politique Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.