Le corporatisme au service du producteur

bzh

Lors de la dernière Assemblée Générale des Jeunes Agriculteurs des Côtes d’Armor, le 20 Mars 2014 à Plérin, de nombreuses questions furent soulevées autour du modèle agricole breton et, plus particulièrement, sur l’organisation des filières agricoles et la problématique de l’interprofession. Celle-ci, aujourd’hui malmenée par la grande distribution, les lourdes normes environnementales et la complexité bureaucratique, empêche la juste reconnaissance de la place essentielle du producteur au sein de la filière.

De fait, les nouvelles gouvernementales sont préoccupantes. Les contraintes règlementaires, déjà pesantes pour l’ensemble de la filière agricole, semblent devoir encore s’alourdir dans quelques temps, la nouvelle Loi d’Avenir gouvernementale devant apparemment intégrer des dispositions pour la mise en place de certificats d’économie de phytosanitaires. Sans compter la révision de la PAC (Politique Agricole Commune) qui semble devoir créer davantage de problèmes que de solutions…

Devant toutes ses problèmatiques, Nicolas Bortrel, membre du bureau des Jeunes Agriculteurs des Côtes d’Armor, continuait : «  Il faut aussi aborder la question des prix ou des marges des producteurs et des distributeurs. Il faut retrouver une juste répartition de la valeur ajoutée. […]Peut-on être légitime à demander une simplification administrative quand on voit la complexité de nos structures et la difficulté à parler d’une même voix sur des problématiques communes ? »

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.