La République toujours sourde à la Bretagne…

Ainsi, au regard de l’actuel débat parlementaire sur la réforme territoriale, la Bretagne ne sera pas réunifiée et Nantes pourrait même, selon certains projets en discussion, se retrouver dans une grande région comprenant Pays de la Loire et Centre, cette dernière se déployant jusqu’à Dreux, ville royale certes mais fort éloignée de l’Armorique…

Tout cela montre bien que la République se moque ou plutôt se méfie de l’histoire et des désirs des populations ancrées, et qu’elle procède par idéologie jacobine et pratique technocratique, avec l’argument seulement économiste de « l’efficacité » et de « la bonne dimension européenne » : ce qui n’était pas si évident que cela à l’origine est désormais visible et assumé, élections européennes passées et colère électorale marginalisée, et c’est bien un découpage « européen » ou plutôt « européiste » qui s’impose.

La carte de Bretagne qui aurait été la plus heureuse pour une vraie réforme territoriale, loin du charcutage du redécoupage républicain d’aujourd’hui…

Les régionalistes qui croyaient que l’Union européenne leur permettrait de voir advenir la reconnaissance des particularités, qu’elles soient bretonnes, alsaciennes ou basques, en sont pour leurs frais et commencent à comprendre que cette Europe-là remplace le jacobinisme parisien par un autre jacobinisme encore plus lointain qui trouve son siège à Bruxelles ou à Francfort. D’ailleurs, j’entends déjà la colère en Bretagne et je constate l’amertume des Bretons qui, au soir du 14 janvier, lorsque M. Hollande annonçait qu’il allait lancer une refonte de la carte des régions, se disaient que le temps de l’injustice historique allait enfin être réparée : il suffit de relire les articles et les déclarations de l’époque (jusqu’à la déconvenue de juin lors de la publication de la « nouvelle » carte) pour constater que tout le monde pensait alors (parfois en le craignant, comme le sinistre Ayrault, grand féodal nantais opposé à la réunification bretonne depuis toujours…) que, enfin, Nantes retrouverait sa place en Bretagne, ce qui apparaissait le plus logique et, surtout, le plus historiquement juste… Quelle déception, quelle amertume, quelle colère !

Le langage des artisans de ce découpage absurde, qu’ils soient gouvernementaux ou parlementaires socialistes, est révélateur : pas d’évocation de l’histoire, des traditions, des cultures, des habitudes du vivre-ensemble, mais seulement les termes de compétitivité, de budget, de rationalité, de « régions européennes »… Cette même histoire que le gouvernement convoque à l’occasion des multiples commémorations de l’année sur les événements guerriers du XXe siècle est rejetée dès lors qu’il s’agit de l’organisation territoriale, de cet avenir institutionnel à construire qui, en définitive, ne peut vraiment fonctionner que si l’on y ajoute, justement, une part de mémoire et que l’on y inclut une dose plus ou moins forte de sentiment. Mais la République ne veut rien entendre de ce qui sort des profondeurs de la nation multiple qu’est la France : le pays légal est sourd aux appels et aux sentiments du pays réel, de ce pays ancré qui est, par lui-même, diversité et qui voudrait bien, en vain, que la République le comprenne…

La suite sur le blog de Jean-Philippe Chauvin via le CRAF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.