Ephéméride bretonne et royaliste du 26 Août

  • 1386 : Bataille de Crécy.

Bataille qui se déroula près de Crécy-en-Ponthieu le 26 août 1346 et qui fut la première grande défaite subie par l’armée du roi de France pendant la guerre de Cent Ans. La randonnée entreprise en Normandie par le roi d’Angleterre Édouard III n’avait pas pour but la conquête du duché, mais répondait au désir d’intervenir dans les affaires continentales, comme la guerre de la Succession de Bretagne. L’Anglais entendait également protéger les intérêts économiques de l’Angleterre, en particulier dans les relations avec la grande puissance industrielle qu’était la Flandre, principal acquéreur des produits de l’élevage lainier anglais. L’opération était donc politique, et Édouard III évitait tout assaut en direction de Paris. Philippe VI voulut cependant lui couper la retraite vers le nord, où l’armée anglaise pensait trouver un port pour rembarquer.

La défaite française tint pour l’essentiel à l’obstination des chevaliers français qui, méprisant l’infanterie anglaise dont les archers s’embusquaient facilement et manifestaient une grande souplesse tactique, chargèrent à découvert et massivement. Le roi dut son salut à une fuite solitaire. Les victimes les plus notables furent, dans les rangs français, le comte de Flandre et Jean de Luxembourg, roi de Bohême.

Stimulé par sa victoire, Édouard III entreprit le siège de Calais. La ville résista jusqu’au 4 août 1347, sans que les Français pussent la secourir. Les Anglais conservèrent Calais comme tête de pont militaire et comme étape commerciale. Une autre conséquence de la défaite de Crécy fut l’aggravation de la crise politique, manifeste lors de la réunion des états généraux en 1347.

Jean FAVIER, « CRÉCY BATAILLE DE (1346)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2014. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-crecy/

Bataille de Crécy

  • 1793 : Première Bataille de La Roche sur Yon

Le 26 août, la ville de La Roche-sur-Yon est attaquée par les Vendéens, divisés en trois colonnes sur les routes de La Mothe-Achard, de Poiré-sur-Vie et des Essarts, au nord, à l’est et à l’ouest. Après une demi-heure de combat, les Vendéens sont repoussés par une charge à la baïonnette des Républicains. Les pertes sont d’une dizaine de morts pour les Républicains selon le rapport à Chalbos du général Mieszkowski.

Madame Céleste Bulkeley, amazone vendéenne protégeant la retraite des Vendéens.
Madame Céleste Bulkeley, amazone vendéenne protégeant la retraite des Vendéens.

 

Saint breton du jour : Saint Gorgon, Martyr à Nicomédie, en Bithynie sous le règne de l’empereur romain Dioclécien en 304. Ère du pape saint Marcellin, Saint Gorgon était intendant général des offices du palais et de la chambre de l’empereur.  Sa foi chrétienne et sa dévotion à Jésus Christ dont il ne manquait pas de répandre la bonne parole dans la demeure impériale lui attirèrent les foudres de Dioclétien qui ne pouvait se résoudre à perdre un homme de sagesse et de haute valeur pour l’empire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre information