Ephéméride bretonne et royaliste du 16 Septembre

1380 : Décès du Roi Charles V. Son règne marque la fin de la première partie de la guerre de Cent Ans : il réussit à récupérer la quasi-totalité des terres perdues par ses prédécesseurs, restaure l’autorité de l’État et relève le royaume de ses ruines.

Il est très instruit et est connu pour avoir fondé la première librairie royale, ancêtre de la Bibliothèque nationale de France.

Il est, un temps, proche du mouvement réformateur. En 1357, il se retrouve à la tête d’une monarchie contrôlée, alors que son père Jean le Bon est prisonnier des Anglais. Bien que confronté aux ambitions de Charles de Navarre et aux manœuvres d’Étienne Marcel, il sauve la couronne des Valois alors que le pays sombre dans la guerre civile. Sacré en 1364, il restaure l’autorité royale en la fondant sur l’État de droit et en poursuivant la politique de monnaie forte instaurée par les conseillers de son père. Ce faisant, un parallèle s’établit entre son règne et celui de saint Louis, qui reste la référence du bon gouvernement pour l’époque.

Il formalise la décentralisation du pouvoir par la politique des apanages sur lesquels il garde autorité en les finançant grâce à l’instauration d’impôts durables. Ces nouvelles ressources lui permettent de doter la France d’une armée permanente qui, associée aux armées de ses frères, permet de se débarrasser des Grandes Compagnies qui ruinent le pays, puis de vaincre les Anglais. Cette victoire est aussi acquise par les succès diplomatiques qu’il obtient en retournant les vassaux gascons favorables à l’Angleterre et en isolant celle-ci du reste de l’Europe. Cette reconquête s’effectue en grande partie en encourageant le sentiment national naissant, transformant les Anglais en envahisseurs.

Biographie à lire entièrement ici.

1824 : Décès du Roi Louis XVIII. Frère de Louis XVI, exilé sous la révolution et l’empire, il adopte en tant que prétendant au trône le nom de Louis XVIII, l’ordre dynastique incluant son neveu Louis XVII, qui était mort en prison sans avoir jamais régné. Revenu en France lors de la restauration qui suit la chute de Napoléon, il est renversé durant les Cent-Jours, puis revient à nouveau au pouvoir après Waterloo. Il meurt sans descendance, et est inhumé à la basilique Saint-Denis. Son frère, le comte d’Artois, chef des ultras, lui succède sous le nom de Charles X. Louis XVIII est le dernier monarque français à être mort régnant.

Louis XVIII

Saint breton du jour : Saint Cornely, pape de Rome, bâtisseur des alignements de Carnac et patron des vaches

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.