18 FEVRIER 1800 – LOUIS de FROTTE

18 FEVRIER 1800 - LOUIS de FROTTE    18 FEVRIER 2020

Louis de Frotté, né le 5 août 1766 à Alençon, est un grand de la Chouannerie ; il est le fils du comte

Pierre Henri de Frotté, écuyer du Roi. La famille est de tradition protestante mais il a reçu le Baptême sur insistance de sa mère. Après la mort de sa maman alors qu’il avait sept ans, vivant dans une famille protestante il en pratiqua la religion.  C’est par solidarité avec les nouveaux persécutés royalistes et catholiques que Louis de Frotté, resté monarchiste comme bien d’autres protestants, a pris la tête du mouvement royaliste en Normandie.

Il émigre à Bruxelles en 1791, pour rejoindre l’armée de Condé puis sert en Italie et enfin à Londres en 1794 où il rencontre Joseph de Puisaye, qui se présente comme général en chef de l’Armée catholique de Bretagne. Puisaye l’introduit auprès du comte d’Artois.

Le Prince le nomme Lieutenant-colonel en charge du soulèvement de la Normandie. Ce sont les prémices des entretiens entre les Bleus et les Chefs des Révoltés en vue des futurs « Accords de La Jaunaye » qui seront signés le 17 février 1795. Le comte de Frotté assiste aux négociations mais ne signera pas et repart à Londres.

En juin 1795, il débarque près de Saint-Malo, recrute et avec sa petite armée il s’empare de Mayenne. A la tête de milliers d’hommes (le chiffre de 11 mille est avancé) qu’il entraînait ou faisait entraîner tous les jours, marche, tir, initiation au combat et  à l’embuscade, leur apprenant à tout savoir d’une guerre ordinaire ou de guérilla. Cette dernière façon de se battre est aussi adoptée par les Révoltés de Vendée depuis début 1794. Fini le temps des grandes batailles à l’ancienne et meurtrières.

Embuscades et escarmouches sanglantes entre royalistes et républicains se multiplient dans les bois et les chemins creux. Le 31 mars 1796, il est mis en échec devant Tinchebray (Orne) et en juin, les meneurs royalistes des autres régions révoltées se soumettent. Le 6 juillet, le traité de Fontenai-les-Louvets met un terme à la première guerre chouanne.

Mais Louis de Frotté n’a pas signé ; réfractaire il est obligé de repartir à Londres où il monte un projet d’insurrection avec William Pitt et le comte d’Artois.

En avril 1797 Frotté revient en France, s’introduit à Paris ; mais le Coup d’État du 18 fructidor (4 septembre 1797), organisé par trois Directeurs en vue d’annuler les élections que les Royalistes ont remportées, l’oblige à repartir à Londres.

Il prépare un nouveau soulèvement et  débarque près de Bayeux le 23 septembre 1799. À la tête de 11 000 hommes, il déploie une activité énergique et infatigable. Les Vendéens ont signé la paix  avec celui qui est devenu 1er Consul après avoir renversé le Directoire (18 brumaire An VIII-8 novembre 1799) le 18 janvier 1800 et Georges, dans le Morbihan après sa victoire du Pont du Loc’h pense aussi à répondre favorablement aux offres de paix de Buonaparte. Ce qui sera fait le 14 février. 

Alors, esseulé,  malgré son mépris pour Bonaparte qui fait de Frotté  son ennemi personnel, il envoie, le 8 février, sa proposition de soumission au général Brune. Un de ses courriers, intercepté par les Bleus, montre que c’est un pis-aller et non une soumission sincère. Est-ce Bonaparte qui en a donné l’ordre à Brune ? Celui-ci donne l’ordre à Maximin-Joseph Guidal, Adjudant-général (Général de brigade actuel) du département de l’Orne de le convoquer à son quartier général.

Pour Consulter la suite : http://souvenirchouandebretagne.over-blog.com/2020/02/18-fevrier-1800-louis-de-frotte-18-fevrier-2020.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre information