La Consulaire, un canon ou un symbole

Rien ne va plus, La Consulaire, un canon de sept mètre long, portant à 5000 mètres, empêchait tout navire de s’approcher d’Alger, il fut un des éléments déclencheur de la colonisation de l’Algérie, en plus de la piraterie en méditerranée. L’histoire des son nom vient d’un consul français, qui, venant pour négocier fut glissé dans la bouche du canon avant que les mahométans fassent feu. Des français sont morts lors de l’expédition militaire pour le faire taire. Erigé à Brest en 1833 sous Sa Majesté Louis-Phillipe, il est un témoin de notre glorieux passé, le rendre à l’Algérie ce serait cracher sur la mémoire des soldats français et des marins morts pour la France. On baisserait notre pantalon une nouvelle fois en reniant notre mémoire collective. Cela n’aidera sûrement pas les Algériens vivant en France à se sentir plus Français ou plus « Républicains ». Si j’étais à leur place, je ne voudrais pas faire parti d’un pays qui s’auto-flagelle et qui joue le rôle de la victime ex-oppresseur de la sacro-sainte fraternité multiculturelle cosmique. Notre pays se renie lui même et la République court à sa perte car en plus d’être déracinée historiquement parlant, elle cherche à détruire l’Histoire de France, creuset de notre réel lien commun français! « L’historien brestois ajoute que pour lui, « les bas-reliefs, qui sont français, ont plus de valeur que le canon lui-même ». » https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-trois-pistes-pour-l-avenir-du-canon-la-consulaire-7138967

G de Brest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre information