De la masse silencieuse française

A l’occasion des élections présidentielles, le journaliste Ivan Rioufol  écrit :

Se méfier des illusions d’optique : la bipolarisation, qui oppose à nouveau l’UMP au PS sur fond de courbes, de taxes et d’avis d’experts, masque l’autre débat qui fait causer la France silencieuse sur sa propre place dans son propre pays. Ils sont nombreux à ne pas se reconnaître dans les programmes aseptisés qui font croire que les financiers sont la cause de nos maux et que seul le prix de l’essence nous tourmente. Gauche et droite ne rendent pas compte de la masse de ceux qui vivent mal les bouleversements causés par trente ans d’oubli de soi et de saccages de l’État-nation

L’auteur de « L’urgence d’être réactionnaire » aurait il lu Maurras ? En effet celui ci écrivait, il y a de celà presque un siècle :

La France contemporaine se décompose en trois fragments :
1°) Ce parti de l’Etranger qui sait ce qu’il veut et qui le veut bien ;
2°) Une masse amorphe, apathique, affairée, qui restera indifférente jusqu’à la catastrophe, étant presque sans opinion, étant presque sans inquiétude ;
3°) Un grand nombre d’honnêtes gens, de vieux Français, souvent aisés, quelquefois riches, véritableélite morale et mentale du pays, mais désorganisée, divisée, indécise. Minorité par rapport à la grandemasse, elle forme une majorité écrasante par rapport au petit ramas  dont elle est pourtant la sujette, faute de savoir au juste ce qu’elle veut, ou faute de vouloir ce qu’elle sait fort bien.

Ce thème sera abordé lors du prochain cercle d’études de l’URBVM 56, le 25 février à Pontivy. Venez nombreux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.