Sur le débat sur le Génocide Vendéen

Voici un article tiré du dernier Prospectives Royalistes de l’Ouest, téléchargeable gratuitement ici.

Au-delà des clivages politiques traditionnels, la loi sur la pénalisation des génocides fait couler beaucoup d’encre. Si nous sommes opposés aux lois dites mémorielles, il faut savoir profiter de celles-ci pour faire avancer la reconnaissance du génocide vendéen.
Le Sénat a donc validé  la loi  interdisant la négation des Génocides  dont celui des  Arméniens. Cette loi  n’est pas à proprement parler, une loi mémorielle mais un complément à la loi de 2001 reconnaissant le génocide arménien qui n’avait aucune pénalisation.  Le débat instauré a remis au gout du jour le génocide vendéen de 1793 au moment où Reynald Secher en donne les preuves dans dernier ouvrage.
Alain Duhamel , qui n’est pas particulièrement un ami de la droite et de la monarchie ose dire sur antenne de radio : « La France, vous savez bien, a cette manie de s’ériger en permanence en justicier universel. Vous savez, cette année, c’est le 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. S’il y a un pays qui votait une loi sur un génocide français pendant la guerre d’Algérie, je doute que ça nous fasse un énorme plaisir ! Et puis après tout, si on cherche absolument un génocide, on n’a qu’à travailler sur le génocide français en Vendée pendant la Révolution, parce qu’il a existé ! »
Dominique Souchet, député de la Vendée, annonce qu’il va déposer une proposition de loi dont l’article unique prévoira que « La République française reconnaît publiquement le génocide vendéen de 1793-1794 ».  Il ne demande pas de pénalisation mais la loi votée dernièrement concerne tous les génocides.
Les parlementaires sont-ils tombés dans un piège ? Les opposants à cette loi ont-ils eu ce pressentiment ? Il faut dire que la situation est intéressante. Les soi-disant valeurs républicaines dont les politiques de tous bords nous abreuvent, seraient donc basées sur les massacres des enfants, sur les fours, les tanneries de peau humaine, sur un génocide pendant cette révolution qui devait apporter le bonheur ! Le socle de notre république résistera-t-il  à cette vérité?  L’hebdomadaire polonais Gość Niedzielny (« L’invité du dimanche »), le plus vendu en Pologne avec environ 150 000 exemplaires par numéro, enfonce le clou. Il publie cette semaine un article sur les massacres de Vendée et fait sa couverture avec la devise « Liberté, Égalité, Mensonge » sur fond de Tour Eiffel.  Le titre « Comment la vérité sur le massacre des catholiques en Vendée est cachée en France et les historiens qui dévoilent les preuves de ce crime réprimés ». Citant les travaux de Stéphane Courtois et Reynald Secher, cette revue catholique, s’étonne des mesures de rétorsion prises aujourd’hui encore en France à l’encontre de ceux qui osent parler de génocide.
Voilà de quoi clore le clapet de ces républicains qui ont reconnu le génocide arménien et voté les sanctions de sa négation. Des associations comme « Vérité pour la Vendée », le Souvenir Vendéen  pourront déposer plainte contre tous ceux qui nient cette vérité : il y a bien eu un génocide en Vendée en 1793.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.