Béatification d’une morbihannaise aujourd’hui

Une première en Bretagne. La béatification «décentralisée» de mèreSaint-Louis, fondatrice de lacongrégation desSoeurs delaCharité deSaint-Louis, aura lieu, demain, à Vannes, en présence de plus de 2.500 fidèles. Voici l’article du Télégramme :

Demain, à Vannes, sur l’esplanade du port où sont attendues plus de 2.500 personnes, sera célébrée la béatification de mère Saint-Louis, fondatrice de la congrégation des Soeurs de la Charité de Saint-Louis. Une première en Bretagne depuis que le Pape Benoît XVI a autorisé la «décentralisation» de la procédure sur les lieux où a vécu celui ou celle qui devient «bienheureux (se)».

Cet événement est l’aboutissement d’un long procès canonique dans le diocèse puis à Rome et d’un patient travail (notamment des Soeurs de la congrégation) de recherche et de collecte sur la vie de Marie-Louise-Élisabeth de Lamoignon, épouse Molé de Champlâtreux, plus connue à Vannes sous le nom de «MmeMolé». Marie-Louise-Élisabeth de Lamoignon est née à Paris, le 3octobre 1763, dans une famille chrétienne de grande noblesse. Elle épouse, en 1779, François-Édouard Molé deChamplâtreux. Cinq enfants naîtront. À la Révolution, son mari est guillotiné. Jetée à la rue, seule, elle trouvera pourtant la force d’élever ses enfants. Sous la direction de l’abbéDePancemont, elle suit un itinéraire spirituel. Lorsque ce dernier est nommé à l’évêché du Morbihan, à Vannes, il lui confie une oeuvre de charité: des ateliers de dentelles pour jeunes filles pauvres. Le 25mai 1803, est fondée la congrégation dont elle devient la supérieure. Elle prend le nom de soeur Saint-Louis. Elle décède le 4mars 1825, à 62ans, en laissant 56 religieuses et quatre maisons consacrées à l’éducation des enfants pauvres. Aujourd’hui, la congrégation compte 600soeurs en mission dans dixpays, sur trois continents. Leur action apostolique s’exerce sur le monde scolaire, dans l’accueil des jeunes adultes, le travail social et l’éducation de la foi.

Guérison miraculeuse

La cause de la béatification de mère Saint-Louis aura pris 52ans et connu cinq pontificats. Elle a même été arrêtée en 1988 car, pour que la cause aboutisse, il fallait une «guérison instantanée». En l’occurrence, celle d’un Canadien, Marcel Lesage, résidant près de la ville de Québec. L’étape décisive sera franchie treize années plus tard, en février2011, avec la reconnaissance du miracle par la consultation médicale auprès de la Congrégation pour les causes des saints. Marcel Lesage, qui souffrait d’une ostéomyélite chronique fistulisée de l’humérus gauche, devait se faire amputer du bras, le jour de ses 25 ans. Mais, la veille de l’opération, tout est annulé, «tout symptôme infectieux ayant subitement disparu». Il a été reconnu que la guérison de cet homme, qui devint ensuite bûcheron, était le résultat d’intenses prières de soeur Thérèse Hardy, soeur de la Charité de Saint-Louis et enseignante de la soeur du malade. Avec toute sa classe, elle pria une journée durant mère Saint-Louis. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.