Ce que l’affaire Najat-Belkacem/Royal dit de la gauche française

Intéressante tribune de Vivien Hoch pour Itinerarium :

« Elle s’appellerait Claudine Dupont, elle ne serait peut-être pas là » Au milieu d’un article sur le parcours de Najat Vallaud-Belkacem, le petit monde médiatique s’est mis en émoi à propos de ces propos de Ségolène Royal dans le Point (soit-disant démentis). Voilà comment la gauche se trouve prise à son propre jeu, en se vautrant désormais publiquement dans le différentialisme qu’elle critique allègrement à droite, dévoilant bien à quel point le vivre-ensemble n’est pas une fin pour elle, mais un simple moyen. 

Nous sommes en pleine débacle de morale collective. Nous ne savons plus qui nous sommes, ni ce qui fait que nous sommes un «nous». Non seulement la gauche est favorable à une immigration massive, mais elle refuse de surcroît l’assimilation républicaine. Il faut que l’autre s’affirme comme autre, différent du socle commun fournit par l’instruction nationale, pour réussir. Il ne faut pas être bien intégré pour réussir, mais être le plus différent possible. Car Ségolène Royale en rajoute : « J’ai toujours voulu des ouvriers, des exclus, des jeunes issus de la diversité autour de moi ». On discrimine, mais à l’envers (on exclu donc, à l’endroit), et selon des critères idéologiques, radicalement anti-méritocratiques. Le mérite pur, abstrait des conditions matérielles d’existence, d’ethnie ou de faciès, c’est une valeur forte de la droite, celle qui veut que chacun soit à la place que la force de sa liberté, et elle seule, aura conquis.

Il faut bien comprendre que l’ethnicisation du débat public est le grain à moudre de la gauche. Cette gauche « qui conspue Les cabinets blancs de la République cependant que de l’autre côté, on compte les Noirs et les Arabes », comme le rappelle Coralie Delaume dans Marianne. Sous couvert d’universalisme ou d’humanisme, la gauche oeuvre en fait à la destruction complète de l’identité française, au déracinement complet des personnes, solitude déconnectée d’un ordre social, aboutissant ainsi à un individualisme complet, véritablement anti-social. Le but n’étant pas de vivre-ensemble, mais de co-exister les uns à côté des autres, sans le liant républicain. Le comble pour les tenants du socialisme.

Lire la suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.