Délocalisations : l’hypocrisie des élus socialistes

Très bon article de JP Chauvin à lire sur le site du Groupe d’Action Royaliste :

La décision du Syndicat des transports d’Ile-de-France de confier son contrat de plate-forme téléphonique à une société basée au Maroc a montré les contradictions, voire peut-être pire, de socialistes qui, désormais, cumulent tous les pouvoirs politiques, exécutif comme législatif, de l’Etat aux régions, et n’ont plus l’excuse d’un gouvernement de Droite qui pourrait les gêner…

C’est aussi la démonstration que cette Gauche-là a les mêmes fondements idéologiques sur le plan économique que la Droite libérale précédemment au pouvoir : ce qui leur importe, à l’une comme à l’autre, ce n’est pas exactement la qualité du service ou le maintien de services publics locaux ou nationaux, mais bien la rentabilité, voire la profitabilité dans le sens le plus capitaliste du terme. Après tout, ce n’est pas une opinion forcément condamnable mais c’est une idéologie néfaste, en particulier pour ceux qui travaillent mais aussi pour l’environnement, les uns et l’autre étant ainsi trop facilement sacrifiés à des intérêts financiers et à cet alibi fourre-tout de la lutte contre les déficits…

Bien sûr, ceux-ci existent et posent problème mais leur nécessaire réduction ne doit pas se faire au détriment des intérêts sociaux, nationaux et environnementaux. L’argument principal du président socialiste de la région d’Ile-de-France, M. Huchon, est celui du « strict respect du Code des marchés publics », consolidé par celui de « l’offre la mieux disante », c’est-à-dire la moins coûteuse : il est vrai que l’offre du prestataire basé au Maroc est alléchante puisque le coût du travail horaire y est moitié moins élevé qu’en France et que la flexibilité des horaires y est maximale, avec un minimum de droits syndicaux et sociaux…

« L’offre la mieux disante », selon l’expression employée par M. Jean-Paul Huchon, est donc celle qui, en définitive, est « la moins disante » sur le plan strictement social et évidemment sur le plan national et local ! Car, en définitive, cette décision menace 80 emplois en France, au moment même où le chômage explose littéralement et que certains annoncent 180.000 chômeurs de plus d’ici l’hiver prochain ! La réaction, justifiée, du ministre du Redressement productif, M. Montebourg, d’en appeler à reconsidérer cette décision, est fortement critiquée au sein même du Parti socialiste et paraît peu soutenue par le président François Hollande qui explique doctement qu’il n’est « pas favorable à une surenchère protectionniste » même s’il en appelle (cela ne mange pas de pain…) à l’attention des responsables publics sur la question de l’emploi en France…

Ainsi, si je comprends bien l’actuel président, le fait de préférer sauvegarder des emplois en France plutôt que de contredire les règles d’un libre-échange rendues encore plus inégales par la mondialisation, serait la marque d’un « protectionnisme » visiblement considéré comme un « mal absolu » par ceux qui nous gouvernent… Alors qu’il aurait fallu rappeler la volonté du politique de ne pas laisser l’économique détruire l’équité sociale, M. Hollande, à rebours de ce que n’avait pas hésité à faire Outre-Atlantique Franklin Delano Roosevelt, préfère rester dans une logique qui privilégie l’Argent à l’Humain…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.