Mariage gay, veillée d’armes

Mobilisation Les enjeux sont trop importants pour que les Français soient tenus à l’écart. Associations et parlementaires réclament la tenue d’états généraux de la famille.

Christiane Taubira a-t-elle commis une bourde en dévoilant trop tôt l’avant-projet de loi sur le mariage gay ? Ce texte « va étendre aux personnes de même sexe les dispositions actuelles du mariage, de la filiation et de la parenté », a-t-elle confirmé dans la Croix, le 11 septembre. Une révolution qui ne satisfait pourtant pas les militants du mariage homosexuel.

Les associations LGBT (lesbiennes, gay, bi et trans) ont fait savoir qu’elles exigeaient aussi l’accès à la procréation médicalement assistée et la légalisation des mères porteuses. Surtout, elles revendiquent la reconnaissance de la “coparentalité”, c’est-à-dire des « familles pouvant être composées de plus de deux parents ». Les militants LGBT ont même formé un néologisme pour désigner une relation à trois : le “trouple”. C’est à cela qu’a fait référence l’archevêque de Lyon, le cardinal Barbarin : « Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre », a-t-il dit sur RCF, en soulignant que l’adoption de ce texte aurait « des conséquences in nombrables ». Qui sait où s’arrêteraient ces revendications si le mariage, perdant sa dimension sociale, n’était plus qu’un contrat entre personnes protestant de leur amour ?

En présentant aussitôt cet avant-projet, le gouvernement cherchait à faire diversion : François Hollande avait annoncé l’avant-veille une forte augmentation de la pression fiscale. Mais cette manoeuvre incite l’opposition à se mobiliser dès maintenant contre un “chambardement” dont les plus lucides mesurent les effets.

« Le gouvernement ne peut pas faire l’économie d’un débat public, estime Hervé Mariton, député de la Drôme. L’UMP aussi doit s’exprimer clairement. Les candidats à sa présidence doivent faire connaître sur ce sujet la position qu’ils proposeront au parti d’adopter. Les enjeux sont tels que l’opinion doit être informée des conséquences de ce projet pour se décider en connaissance de cause. Rien n’est encore joué. »

Faut-il organiser un référendum, comme le demande Christine Boutin ? Philippe Gosselin, député UMP de la Manche, l’envisage : « La révision constitutionnelle de 2008 l’autorise. » Mais il plaide d’abord pour la tenue d’états généraux de la famille et de la filiation car « le mariage n’est pas un acte notarié : le code civil en a fait l’un des fondements du pacte républicain. Cela mérite qu’on en discute ! », soulignant que de nombreux élus locaux, officiers d’état civil, veulent être entendus. C’est le cas du collectif des Maires pour l’enfance, qui regroupait lors de sa création, en 2006, 12 585 maires de toutes couleurs politiques.

Car le mariage homosexuel indispose aussi des élus de gauche. En 1998, les députés PS étaient si peu nombreux dans l’Hémicycle que la gauche dut s’y prendre à deux fois pour faire adopter le Pacs, ce que François Hollande veut éviter. L’un d’eux confie, sous couvert d’anonymat, que le mariage gay ne fait pas l’unanimité : « Lionel Jospin y était hostile », rappelle-t-il. « Le mariage est, dans son principe et comme institution, l’union d’un homme et d’une femme. […] On peut respecter la préférence amoureuse de chacun sans automatiquement institutionnaliser les moeurs », écrivait l’ancien premier ministre dans le Journal du dimanche en 2004.

Élisabeth Guigou, qui défendit le Pacs devant l’Assemblée, était encore plus catégorique en 1998 : « Pourquoi l’adoption par un couple homosexuel serait-elle une mauvaise solution ? Parce que le droit, lorsqu’il crée des filiations artificielles, ne peut ni ignorer ni abolir la différence entre les sexes. […] Mon refus de l’adoption pour des couples homosexuels est fondé sur l’intérêt de l’enfant, sur son droit à un milieu familial où il puisse structurer son identité et épanouir sa personnalité. »

Source : Valeurs Actuelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.