Les expulsions de clandestins sont en chute libre

Très intéressante interview d’un député UMP, Guillaume Larrivé, qui pointe du doigt certains errements de l’actuelle politique intérieure socialiste. S’il faut prendre ces paroles avec les pincettes que le bon sens suppose, elles témoignent néanmoins du pitoyable état de notre pays face à la problèmatique clandestine. 

Le nombre d’expulsions de clandestins est en chute libre, dites-vous. Sur quoi vous fondez-vous pour l’affirmer ? J’ai la conviction qu’il est nécessaire de réduire l’immigration pour réussir l’intégration et l’assimilation. Et pour réduire l’immigration, il faut d’abord lutter, de manière très déterminée, contre l’immigration irrégulière. Ce qui est en jeu, c’est le visage qu’aura la France dans dix ans. Sur ce sujet, Manuel Valls tient des propos d’une apparente fermeté, mais, au-delà des mots, il y a la réalité, toute différente ! Les centres de rétention administrative sont aux deux tiers vides. Or c’est par ces centres que passent les clandestins avant de prendre l’avion pour être expulsés vers leur pays d’origine. J’ai inspecté le centre de rétention du Mesnil-Amelot, le plus grand de France : seules 90 places sur 240 étaient occupées. Il y a bien une chute des interpellations de clandestins et donc une chute des reconduites à la frontière.

Est-ce la faute du gouvernement ? C’est la Cour de cassation qui a souligné que la garde à vue des clandestins n’était pas conforme au droit européen. Et sans garde à vue, pas ou peu de placements en rétention… Je veux d’abord rappeler que plus de 225 000 clandestins ont été raccompagnés chez eux entre 2002 et 2011. Pourquoi ? Parce que les ministres de l’Intérieur successifs, Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux et Claude Guéant, assumaient le fait de demander aux préfets, aux policiers et aux gendarmes d’interpeller et d’expulser ces clandestins. Au contraire, le ministre socialiste de l’Intérieur a supprimé les objectifs chiffrés d’éloignement fixés par ses prédécesseurs : premier signal de relâchement. Il a aussi annoncé qu’il préparait une circulaire pour faciliter la régularisation des étrangers en situation irrégulière : deuxième signal de relâchement. Et ces signaux ont été reçus cinq sur cinq !

Rien n’est fait pour inciter les préfets et les forces de l’ordre à lutter contre l’immigration illégale. Il est vrai qu’une jurisprudence pernicieuse de la Cour de cassation a compliqué la tâche des policiers et des gendarmes. Le gouvernement s’était engagé à soumettre au Parlement un projet de loi simplifiant la procédure de reconduite à la frontière. Je regrette que le ministre de l’Intérieur n’ait toujours pas présenté ce projet de loi, quatre mois après sa prise de fonctions. Il y a urgence !

Il a quand même fait preuve de fermeté vis-à-vis des Roms. Manuel Valls est habile dans la diversion. En démantelant des campements illicites et insalubres, le gouvernement n’a fait qu’appliquer des décisions de justice fondées sur le respect du droit de propriété. Il n’y a rien d’extraordinaire à cela. Je crois, néanmoins, que ces interventions ne sont qu’un pis-aller. Le vrai problème, c’est le taux de délinquance des ressortissants roumains. Entre 2009 et 2011, le nombre de personnes de nationalité roumaine “mises en cause” (au sens où l’entend la police) a progressé de 69,35 %. J’ai la conviction que nous devons inventer un nouveau cadre juridique européen : quand il est avéré, dans un pays d’accueil comme la France, que le taux de délinquance des ressortissants d’une nationalité est significativement supérieur à la moyenne, le rétablissement temporaire des visas me semble une nécessité. La libre circulation des délinquants, ça suffit !

Source : Valeurs Actuelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.