Les salariés de France 3 Bretagne veulent plus d’autonomie

Comme quoi, la décentralisation a du bon, même dans les médias…

Les salariés en grève de France 3 Bretagne réclament “une véritable décentralisation” de la chaîne. “Notre survie passe désormais par une inversion de notre organisation : de véritables chaînes régionales indépendantes, se syndiquant pour alimenter un programme national”, écrivent-ils dans un communiqué. Or, selon eux, “les programmes régionaux, raison d’être de France 3, sont devenus un levier d’économies : c’est une stratégie suicidaire”.

Le communiqué dresse un constat sévère de la situation : “La télévision régionale n’est plus que l’ombre d’elle-même (…) Faute de moyens, la télévision ne se déplace plus chez les gens pour montrer le pays. C’est Paris qui décide ce qui lui semble bon pour les régions… avec des yeux de Parisiens. On empile les clichés et on perd des téléspectateurs”.

Pour l’information, la situation n’est pas meilleure. Les magazines régionaux ont disparu. Seuls, les journaux télévisés survivent avec des moyens réduits. Et encore, lorsqu’ils sont diffusés”, assure le communiqué.

Réduire le financement de la télévision, c’est l’empêcher de jouer son rôle de miroir de la vie régionale, c’est s’attaquer à la visibilité de tout ce qui se passe dans les régions de France” alors que, “depuis plus de 50 ans”, les personnels de France 3 “ont mené toutes les batailles pour défendre la culture et les langues régionales”, souligne encore le texte.

Lire la suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.