Grands Textes : Qui sera le Prince ? par Pierre Boutang

Pierre BoutangPierre Boutang revient ici sur L’Avenir de l’Intelligence, qu’il appelle « cet immense petit livre », publié par Maurras en 1905.

Maurras y oppose – un peu à la manière des tragédies de la Grèce antique – deux personnages allégoriques, engagées dans une lutte à mort : l’Or, c’est-à-dire les puissances d’Argent, les forces du matériel, et le Sang, c’est-à-dire l’ensemble des forces de la Tradition et de l’Esprit : politique, histoire, culture, religion, spiritualité.

La Révolution, détruisant le pouvoir royal venu du fond des âges, et qui s’appuyait sur les forces de la Tradition et de l’Esprit, a ouvert toutes grandes les portes aux forces de l’Or, qui règnent maintenant sans partage, et nous sommes aujourd’hui dans cet Âge de fer, prophétisé par Maurras, qu’ont amené les philosophes du XVIIIème siècle, mais aussi leurs prédécesseurs de la Réforme et de la Renaissance.

 Cela durera-t-il toujours ? La victoire de l’Or sur le Sang est-elle définitive ? C’est, évidemment, une possibilité, et les appparences, aujourd’hui, semblent plaider en faveur de cette hypothèse.

« A moins que… », dit Maurras, dans la conclusion de son « immense petit livre ».

Disciple et continuateur de Maurras, Boutang poursuit ici cette réflexion, cet « à moins que… » : les Soviets ont disparu, dans l’effondrement cataclysmique de l’utopie messianique marxiste; certains évènements, certains personnages dont il est fait mention dans ce texte appartiennent au passé. L’essentiel, la question centrale, demeure : Qui sera le Prince de ce temps ? Elle est au coeur de notre présent.    

Source et suite de l’article : la Faute à Rousseau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.