Immigration et colonisation : ces sujets tabous de la gauche française

Immigration, les erreurs de la gaucheBruno de la Palme explique pourquoi la gauche française a fait l’erreur de considérer le sujet de l’immigration comme un pré carré de l’extrême droite. Extraits de « 100 ans d’erreurs de la gauche française, va-t-elle recommencer ? »

Pour les socialistes, le thème de l’immigration est tabou, car il appartient à l’extrême droite.On n’a donc pas le droit d’en discuter. Circulez, il n’y a rien à voir ! Gare à celui qui évoquerait le moindre problème sur le terrain à ce sujet. Le voile pudique médiatico-politique a ainsi recouvert la réalité de l’immigration pendant des décennies, confortant justement le Front national. Le parti de Le Pen, qui a réussi dans les années 70 à regrouper des groupuscules d’extrême droite d’essences fort différentes voire opposées, a prospéré en faisant de l’immigration son cheval de bataille.

Ses arguments chocs étaient ouvertement racistes et simplistes. Mais en refusant simplement d’en parler, toute la classe politique lui donnait raison. Nier qu’une immigration massive de nature culturelle et religieuse profondément différente de celle des Italiens et des Polonais au début du XXe siècle, puis des Portugais et des Espagnols dans les années soixante puisse poser des problèmes spécifiques, revenait à refuser de voir qu’il fait jour à midi. Cela offrait à Jean-Marie Le Pen la statue du commandeur de celui qui est le seul à oser en parler et lui ouvrait une autoroute électorale.

Le Front national a donc engrangé logiquement les voix de tous ceux qui vivaient sur le terrain une réalité aux antipodes des poncifs positivistes énoncés dans les beaux quartiers de la capitale. La droite classique, quand elle se risquait à l’évoquer, se faisait tancer par le camp de la gauche. Tantôt par les professionnels de la morale et de l’indignation vertueuse érigée en profession de foi – ceux que le regretté Philippe Muray a qualifié de « Mutins de Panurge, ces insoumis qui pullulent dans le parc d’abstractions de la modernité » – tantôt par le tribunal de la pensée qui se dressait alors pour condamner. Ceux là, Philippe Murray les appelés « les Matons de Panurge ». Entre les « Mutins » et les « Matons » de Panurge, on a interdit et bloqué tout débat !

Cette attitude était parfaitement hypocrite quand on sait, c’est historique, que Mitterrand a fait volontairement monter, dès 1984, le Front national en instaurant la proportionnelle lors de l’élection législative à un seul tour de 1986. La stratégie de Mitterrand est claire : jeter Le Pen dans le jeu de quilles de la droite pour la faire échouer. Le Front national ou la machine à perdre de la droite. Le 4 avril 1985, Michel Rocard, scandalisé par cette manipulation électorale dont il voit bien les raisons, démissionne de son poste de ministre de l’Agriculture du gouvernement Fabius.

Lire la suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.