Les Bretons faiseurs de rois

ClovisBon article à lire sur l’Agence Bretagne Presse, quelque peu partisan mais historiquement très intéressant :

Durant son histoire, la Bretagne a contribué plusieurs fois à « faire » des rois. Parfois il ne s’est agit que d’un coup de main, en d’autres circonstances, ce fut un coup de maître. L’histoire bretonne souvent narrée sous l’éteignoir de l’histoire officielle hexagonale, cette marâtre jalouse, est en réalité chatoyante, épique, et n’a rien à envier à celle d’Ecosse que le cinéma à souvent mis en scène. Il a manqué à notre pays un Shakespeare qui sût nous conter la gloire de nos armes, les passions et les drames, les avanies du peuple. Mais venons-en aux faits.
Clovis
Déjà son père Childéric avait eu maille à partir avec les Bretons, parmi les derniers défenseurs de l’Empire finissant. Il est probable que le siège de Paris, du temps de sainte Geneviève, fut levé pat l’action conjointe des Bretons et des «Impériaux» et Childéric fut obligé de se replier en Thuringe. Rhiotime, alias Ambrosius Aurélianus, fut un moment «roi des Francs et des Bretons armoricains» de même qu’un Gradlon, selon le cartulaire de Landevennec. Ce Rhiotime aurait régné des deux côtés de la Manche tout comme Riwal, Conomor et Daniel Drem Rud. Plus tard, Clovis ne pouvant battre les Wisigoths en même temps que les Bretons, il lui fallut traiter avec ces derniers et négocier la paix (vers 497) par l’entremise de saint Melaine, de Rennes, et de saint Paterne de Vannes; il dut aussi, condition du traité, se convertir au christianisme; aussi c’est sous la pression amicale des Bretons qu’il passa de l’état de païen à celui de croyant ! De ce moment date l’effondrement des Wisigoths.
Guillaume le Conquérant
En 1066, Guillaume partit à la conquête de l’Angleterre. Durant la bataille de Hastings, les Bretons occupent l’aile gauche de son armée. Le succès de Guillaume doit beaucoup à ces hommes. Arrivés avec le futur roi d’Angleterre, ils se taillèrent de beaux fiefs, tels Brian de Penthièvre, Alain Le Roux (Rufus) de Richmond, l’un des plus riches barons anglais, Raoul de Gaël, Geoffroy de la Guerche, Juhel de Totnes, et plus tard, Alain Fitzcont et Guillaume Fitzalan. Après les Normands, les Bretons furent les principaux possesseurs de fiefs en Angleterre, ils revenaient donc en vainqueurs dans ce pays anciennement ravagé par les Saxons, au temps du « roi » Arthur. D’après le Domesday Book, grand inventaire de l’Angleterre, les seigneurs bretons possédaient près de 20% des fiefs, 37% en Cornouaille, juste après les Normands et devant Saxons et Picards.

Source et suite de l’article : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27689

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.