Maurras aujourd’hui

Charles MaurrasIl n’est pas inutile de remettre de temps en temps en question nos certitudes en matière philosophique et politique afin de nous prémunir contre un engourdissement dogmatique qui nuit autant à notre propre réflexion qu’à notre capacité à convaincre nos interlocuteurs sur le terrain du militantisme.

Je suis personnellement devenu maurrassien au début des années 90 en même temps que je faisais mes premières armes de militant politique. A l’époque, j’ai été séduit par le prestige de l’homme Maurras, académicien, chef de fil d’une école de pensée prestigieuse, figure parfaite du maître jusque dans sa physionomie, mais surtout par les réponses que sa doctrine apportait à mes interrogations de patriote : qu’est-ce que la France ? Par qui a-t-elle été faite ? Quelle est la formule de l’ordre qui lui correspond le mieux et lui appartient en propre ? Comment établir un pouvoir fort et prestigieux sans tomber dans l’embrigadement idéologique des totalitarismes ? Qu’est-ce que la légitimité ?

A toutes ces questions Maurras m’a apporté des réponses que j’ai jugé satisfaisantes : la France est le fruit de l’Histoire, l’oeuvre de la monarchie et non le résultat d’un contrat social ou de quelque autre forme de volontarisme abstrait ou juridique ; la formule de l’ordre qui lui correspond n’est pas une forme quelconque de césarisme mais la royauté traditionnelle dont elle est justement le fruit ; un état régalien, recentré sur l’essentiel, et dont le chef n’est pas la créature de l’opinion peut exercer son autorité sans craindre l’existence d’une société organisée, hérissée de libertés locales et de contre-pouvoirs ; la légitimité ne se crée pas ex nihilo, elle procède du passé et s’exprime par des symboles forts dont la monarchie est l’un des plus puissants.

Mais d’autres questions ont depuis attiré mon attention. Des questions que je ne suis pas le premier à découvrir et qui ont ébranlé les convictions de nombreux maurrassiens de ma génération. Je vous propose ici un parcours en trois temps à travers les raisons à mes yeux les plus sérieuses de choisir Maurras comme maître, à travers les raisons de mettre ce choix en question, de le passer au crible d’une critique sans concession ni complaisance et à travers les raisons qui me font penser que, malgré tout, ce choix reste le meilleur, celui qui peut encore aujourd’hui le mieux servir de règle à notre réflexion et à notre action dans la Cité. […]

Stéphane Blanchonnet, via le Centre Royaliste d’Action Française

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.