Les villes Bretonnes ont moins mal à la dette que celles d’Ile de France et de Provence

L’Ile de France. 18% de la population, 30% des investissements de l’Etat… et 26 des 50 villes les plus endettées de France. Un bien grand manque de rigueur en ces temps de crise, que nous révèle la cartographie réalisée par Rue89 sur la base des chiffres du Ministère de l’Economie. De 2004 à 2007, l’en-cours de dette des villes françaises est passé de 50 à 56 milliards d’€ et atteint aujourd’hui 57. 5 milliards d’€.

Dans le top 5 sont associées des villes très diverses. Dans l’ordre, Levallois Perret, en 1e place, dans les Hauts-de-Seine (11484 € de dette par habitant), dont la dette a crû de 300% en dix ans. Puis Cannes (3933 €/h), en Provence.  Puis Saint-Ouen (3111 €/h) en Seine-Saint-Denis, Bussy Saint-Georges en Seine-et-Marne (3041€) et Bagnolet (3017€). Autant de visages de l’endettement municipal. Levallois, confetti de banlieue hyper-dense (2.42 km², 26 213 habitants au km², 13e ville la plus dense du monde) aux mains d’un clan politique. Une station balnéaire ensoleillée et hypercotée. Deux communes de banlieue rouge aux mains du PC depuis la Libération et qui ont connu une suite de maire bâtisseurs. Une ville nouvelle contrainte au déséquilibre budgétaire  et qui limite la casse de son mieux. Plusieurs visages pour autant de chiffres différents. Il y a un gouffre entre les 490 millions d’€ de dette de Levallois et les 71 de Bussy.

D’autres villes émargent aussi parmi les plus endettées. Ainsi Mantes-la-Jolie, aux confins de la Normandie, du Vexin et de l’Ile de France (29e , 2033€/hab), contrainte à d’importants aménagements sécuritaires et sociaux à cause de son très connu quartier du Val Fourré. Corbeil-Essonnes (36e, 1969 €/hab), dont la gestion est souvent épinglée et les campagnes municipales se muent en feuilletons judiciaires. Dans le Nord, enfin en Flandre méridionale, Maubeuge et Béthune voisinent à la 16e et 17e place, avec un peu plus de 2240 € de dette par habitant. En Lorraine, Forbach, dans le Berry, Bourges pointent.  Hormis l’attendu Saint-Etienne, on trouvera Dax, Castres, Agde (7e),Arles et un chapelet de villes côtières pour l’Occitanie et la Provence. Dont Fréjus (6e), la Seyne, Marseille… et Perpignan pour la Catalogne.

Si l’on considère le montant de la dette, c’est Paris en pôle position (2.14 milliards d’€ de dette), puis Marseille, avec ses 1.8 milliards d’€ de dette, que l’impôt résorbera d’autant plus difficilement que la moitié de la ville ne paie pas l’impôt. Suivie de Levallois (720 millions d’€), de Saint-Etienne (398, 4 millions d’€, la dette n’augmente plus beaucoup, mais la ville a perdu 10.000 habitants en dix ans et ses projets urbanistiques d’avant-garde ne semblent pas ralentir le mouvement), et Nice (380 millions d’€).

Lire la suite de l’article sur Breizh Journal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.