Merci à The Economist de faire le travail que les médias français ne font pas

The EconomistLe journal The Economist parle de la France comme d’une « bombe à retardement au coeur de l’Europe » et provoque les critiques des politiques et médias français. Et si le journal était en fait plus patriote que les Français eux-mêmes en sonnant l’alarme avant qu’il ne soit définitivement trop tard ?

Les polémiques folles que provoquent les Unes de The Economist montrent amplement, par contraste, l’inanité consensuelle de la presse française, encore illustrée récemment par la honteuse succession de questions fadasses et convenues à la conférence de presse du président. Merci à The Economist de ne pas s’attarder sur les polémiques Twittweiler, marinière, pain au chocolat et tutti quanti, dont nos médias raffolent car elles leur évitent de travailler. Merci à The Economist de se coltiner les rapports du FMI, les chiffres de production industrielle et les reportages au fin fond de la Corrèze. Merci à The Economist de faire un vrai travail de journaliste.

Car l’hebdo de Saint James’ Street est tout sauf le « Charlie Hebdo de la City » (Arnaud Montebourg) ou la « Pravda du capital » (Laurent Joffrin) que nos finauds Parisiens aiment à dépeindre. Rappelons que ce journal, un des plus anciens et des plus réputés au monde, fut fondé en 1843 pour « prendre part dans le vif combat entre l’intelligence, qui nous fait avancer, et l’ignorance crasse et craintive qui nous retarde ». Sa ligne éditoriale, maintenue sans sourciller depuis près de deux siècles, est de défendre le libre-échange et les libertés individuelles, ce qui l’a conduit à soutenir – et à critiquer – aussi bien des politiques de gauche que de droite. Pour éviter toute gloriole stylistique, les papiers ne sont pas signés. Et pour assurer une véritable objectivité factuelle, The Economist s’est doté de sa propre structure d’analyse et de production de données, The Economist Intelligence Unit. Que tous les journalistes français qui osent donner des leçons d’objectivité à The Economist aujourd’hui aillent d’abord y faire un stage.

Décrire aujourd’hui la France comme une « bombe à retardement » est une conclusion rationnelle fondée sur l’observation des faits. Ôtons les œillères idéologiques de l’Etat-nounou. Cessons de fantasmer sur ces taux cours anormalement bas, comme l’a fait encore aujourd’hui cette grande experte des marchés financiers, Najat Vallaud-Belkacem, alors que tous les professionnels prévoient un ajustement brutal et sanglant. Qui peut nier que la France n’a pas été capable de présenter un budget en équilibre depuis 1981, que ses dépenses publiques sont devenues les plus élevées d’Europe (57%), que 25% des jeunes sont au chômage, qu’aucune jeune entreprise n’a rejoint le CAC 40 depuis 1987, que le poids de la fonction publique est étouffant (22% de la population active !), et que les PMEs, étranglées par des régulations absurdes, ne parviennent pas à grossir ? Qui peut contester que la France ne cesse de dégringoler dans les classements internationaux, ceux de la Banque Mondiale comme du Forum Economique Mondial ? Qui peut encore se fier à une classe politique formée dans l’adoration de l’Etat centralisé pour libérer le désir d’entreprendre ?

Lire la suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.