Quand les élus locaux soutiennent l’installation

Agriculture bretonneC’est davantage symbolique. Une aide noyée dans les montants colossaux de reprises d’exploitations agricoles. Mais c’est déjà beaucoup. Un signal fort, positif, adressé aux jeunes qui s’installent sur leurs territoires et qui vont contribuer au dynamisme local et à l’emploi. « Suite à notre schéma de développement économique, nous avons décidé d’attribuer 2 000 euros aux agriculteurs s’installant sur notre territoire à partir de janvier 2012 », précise Joël Marchadour, président de la Communauté de communes (CC) du Pays de Lesneven et de la Côte des Légendes (29). Une subvention qui s’adresse aux jeunes ayant obtenu les aides versées par l’Etat (DJA, prêts JA), mais pas seulement.
D’autres candidats, âgés de plus de 40 ans notamment, peuvent aussi la percevoir. « Les dossiers sont alors étudiés au cas par cas par un comité. » Sur ce territoire, l’agriculture est le seul secteur économique à bénéficier de cette aide directe de la CC. « L’agriculture est un pilier économique essentiel. Or, 25% des agriculteurs en place ont plus de 50 ans, nous souhaitons favoriser des transmissions. La subvention est également un signe envoyé aux agriculteurs en réponse à leurs contraintes environnementales. Agriculteurs et élus se sont rapprochés lors de la mise en place du Projet de lutte contre les algues vertes sur l’anse de Guissény. »

« Nous aidions les artisans, les commerçants… »

En Centre Bretagne aussi, l’agriculture constitue la colonne vertébrale économique. Depuis septembre 2011, la Cidéral (CC de la région de Loudéac) accorde une aide de 15 000 euros aux porteurs de projets de 18 à 40 ans qui s’installent sur son territoire, la DJA n’étant pas une obligation. Un montant important (s’apparantant à l’aide aux commerces) qui peut faire la différence par rapport aux autres territoires. « Auparavant, nous aidions les artisans, les commerçants, les industriels. Les agriculteurs souhaitaient aussi être appuyés. Aujourd’hui, une quinzaine de dossiers agricoles sont en cours », précisent les élus.
Ces aides sont d’autant plus appréciées par les agriculteurs qu’elles ne sont pas contestées par les citoyens des territoires. Mais est-ce le rôle des collectivités de soutenir financièrement l’agriculture ? Certains élus ou professionnels agricoles les pointent parfois du doigt, craignant de voir l’Etat réduire son financement à l’installation. Ils évoquent le risque d’orientation de l’agriculture par les élus, ou d’accroissement de l’emprise foncière en contrepartie… Des craintes peu vérifiées pour le moment.

Lire la suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.