Ce qu’on nous cache pour mieux nous infantiliser…

TF1-20HeuresManuel Valls rendra public le nombre de voitures brûlées lors des fêtes de fin d’année. C’est bien… C’est tout ?

Les « marronniers », comme chacun sait, puisque ce terme emprunté au jargon professionnel de la presse est depuis longtemps tombé dans le domaine public, ce sont les sujets et les thèmes qui reviennent rituellement chaque année à la même époque sous la plume des journalistes en mal de copie et à la une des journaux en panne d’inspiration, à l’image du marronnier qui, situé au bas des Champs-Élysées, avait l’extrême obligeance de fleurir à chaque 21 mars. Ainsi encore des départs en vacances et des reportages ruisselant d’inventivité qu’ils suscitent lorsque vient l’été ; ainsi des chrysanthèmes de la Toussaint ; ainsi des deux bénédictions urbi et orbi auxquelles procède le pape à Pâques et à Noël ; ainsi des vœux télévisés du président de la République… Ainsi encore, depuis une bonne quinzaine d’années, des voitures brûlées par des voyous dans la nuit de la Saint-Sylvestre.

En annonçant qu’il rendrait public le nombre des véhicules immolés sur l’autel de la bêtise, du vandalisme, de la haine et du remboursement par les assurances, Manuel Valls rompt avec la politique de l’autruche qu’avaient choisie Brice Hortefeux et Claude Guéant, ses prédécesseurs place Beauvau, sous le prétexte de ne pas encourager les incendiaires en faisant leur publicité. Le ministre de l’Intérieur a raison. Un pays adulte se doit de regarder la vérité en face. Ce n’est pas en cachant la poussière sous le tapis qu’on rend les maisons propres, et ce qui vaut pour les voitures vaut dans d’autres domaines. Ce n’est pas seulement au nom de la transparence, mais pour mettre fin aux fantasmes en tout genre et surtout pour en tirer toutes les leçons qu’il serait de l’intérêt des Français et du devoir de l’État de tenir et de publier les statistiques réelles de la délinquance, du chômage, de l’immigration, et de tout ce que l’on nous cache pour mieux nous infantiliser, pour ménager nos nerfs et désarmer nos colères, avec des résultats naturellement inverses du but cherché.

 

Lire la suite de l’article

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.