Climat-énergie. La Bretagne montre l’exemple

Vannes agglomérationLes collectivités sont tenues d’élaborer des plans climat-énergie territoriaux (PCET) qui vont guider, au cours des prochaines décennies, les modes d’organisation et de vie au quotidien. En Bretagne, Vannes Agglomération est particulièrement bien avancée.

Le PCET de Vannes Agglomération – 24 communes,135.000 habitants – a été adopté à la fin décembre. Objectif : lutter contre le réchauffement climatique en réduisant de 20% les émissions de gaz à effet de serre tout en augmentant de 20% le recours aux énergies renouvelable pour 2020. Et bien plus après…

Davantage de transports en commun
Ce programme d’actions a été bâti à partir d’un diagnostic carbone. En l’occurrence,747.000 tonnes équivalent CO2 émises par l’agglomération morbihannaise, soit six tonnes par habitant, à comparer avec la moyenne régionale de huit tonnes. « Nous sommes un territoire très urbain. Le méthane lié à l’élevage est donc moins présent », explique Dominique Ogez, éco-conseillère et responsable du service environnement de Vannes Agglomération. En conséquence, pour réduire ses émissions de CO2, la collectivité va devoir agir principalement sur les transports et l’habitat. La recherche de nouveaux modes d’énergie – électricité, hybridation… – pour les bus fait partie du programme.

Mais les efforts vont surtout porter sur l’organisation des déplacements urbains et sur les incitations à utiliser les transports en commun. « On va aussi travailler avec les entreprises sur leurs plans de mobilité. Tant dans leur activité que pour le transport de leurs salariés », précise Dominique Ogez. Une expérience est ainsi programmée dans la Zone industrielle du Prat : « Pour une petite entreprise, ce n’est pas viable. Mais si on mutualise les besoins de deuxcentsentreprises, c’est jouable ».

En ce qui concerne l’habitat, dès à présent, Vannes Agglomération met le paquet et innove via un dispositif original d’aide à la rénovation thermique et énergétique, baptisé Renov EE. Outre les aides de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (*) et les 2.100€ accordés dans le cadre de l’opération nationale « Habiter mieux », la collectivité propose des aides de 1.000 à 4.000 € selon le gain énergétique (de 25% à 40%). Mieux encore, elle se charge, pour le compte des particuliers, de vendre aux fournisseurs (de type EDF) les certificats d’économie d’énergie. Ces derniers, délivrés à toute personne réalisant un achat ou des travaux visant à économiser de l’énergie, peuvent donner lieu à des « restitutions » de 500 à 2.000 €.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.